Scandale du glyphosate: Bayer proche d’un deal entre 8 et 10 milliards de dollars

L’herbicide Roundup du groupe chimique Monsanto (Bayer) contenant du glyphosate. (XAMAX/dpa)

Selon le quotidien économique allemand Handelsblatt, le géant de la chimie Bayer serait proche de conclure un accord à hauteur de 8 à 10 milliards de dollars avec les plaignants dans une affaire concernant son désherbant à base de glyphosate. Une annonce qui tombe le lendemain de la première victoire de l’entreprise aux États-Unis.

Le conseil de surveillance de la société devait discuter et voter sur l’accord dans les jours à venir, révèle le journal, citant des sources de la société et des partenaires de négociation.

Le géant de la chimie doit faire face à de lourds ennuis aux États-Unis pour son pesticide ‘Roundup’ à base de glyphosate, commercialisé pendant des décennies par Monsanto. Le produit a été classé en 2015 comme ‘cancérigène probable’ par le Centre international contre le Cancer (Circ), une instance de l’OMS.

Le groupe de Leverkussen fait actuellement face à 48.600 plaintes dans le pays, annonçait-il en février dernier, contre 42.700 comptabilisés fin octobre.

Après avoir été condamné en première instance dans plusieurs affaires, le géant de la chimie indiquait alors vouloir ‘appliquer toutes les possibilités de recours’, mais affirmait ‘participer de manière constructive au processus de médiation ordonné par le tribunal’. L’entreprise a déjà versé quelque 10 milliards d’euros de règlement à l’amiable.

Une première victoire pour Bayer

Ce lundi 22 juin, le géant chimique a par ailleurs eu gain de cause pour son fameux désherbant: un juge fédéral californien a annulé une ordonnance qui obligeait Monsanto à prévenir des risques de cancer sur les étiquettes de ses produits au glyphosate.

‘Le groupe Bayer a remporté une importante victoire juridique dans le conflit sur le glyphosate aux États-Unis’, rapporte le journal Der Spiegel, ‘de quoi lui éviter définitivement les étiquettes d’avertissement pour le glyphosate’.

Monsanto s’est réjouit de cette victoire, déclarant ‘qu’il s’agit d’un jugement très important pour l’agriculture et la science en Californie, car un tribunal fédéral, après avoir pesé tous les faits, a jugé qu’aucune preuve ne venait étayer les avertissements concernant les risques de cancer pour les produits à base de glyphosate.’

Rappelons qu’en début d’année, un collectif de journalistes d’investigation avait rassemblé dans les Poison Papers une montagne de preuves que Bayer-Monsanto a manipulé la recherche scientifique pour faire paraître le fameux pesticide plus innocent qu’il ne l’est en réalité. Pendant des années, l’entreprise a passé ces enquêtes au crible pour prouver que ses produits étaient sûrs.

Lire aussi: