Réchauffement climatique : » Pratiquement aucun enfant n’en sera épargné »

Selon l’Unicef, l’impact du réchauffement climatique représente un « risque extrême » pour 1 milliard d’enfants. La situation est « inimaginablement désastreuse », selon la chef de l’agence onusienne.

Le réchauffement climatique se manifeste de nombreuses façons aux quatre coins du monde et ne se limite pas seulement à une hausse des températures. La crise climatique est arrivée à un tel niveau que l’ensemble des enfants du monde entier sont déjà exposés à au moins une conséquence du réchauffement de la planète, selon le dernier rapport de l’Unicef ; vagues de chaleur, inondations, cyclones, maladies, sècheresses, pollution atmosphérique. Or, un milliard d’entre eux sont déjà touchés simultanément par trois ou quatre des impacts de la crise climatique.

Ces enfants vivent principalement en Inde, au Nigéria, aux Philippines, ainsi que dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne, mais pour la directrice exécutive de l’Unicef, Henrietta Fore, « pratiquement aucun enfant ne sera épargné » par le changement climatique.

« Profondément inéquitables »

Le nouveau rapport de l’agence onusienne a été réalisé par plusieurs jeunes militants pour le climat en prévision de la prochaine grève pour le climat, prévue le 24 septembre prochain. C’est la première fois qu’un rapport se concentre sur les impacts du réchauffement climatique sur les enfants. Des conséquences qui ne se limitent d’ailleurs pas au climat puisque la crise environnementale liée à l’activité humaine accentuera la pauvreté et l’accès à l’eau potable, aux soins de santé et à l’éducation chez les enfants.

De plus, le rapport souligne combien les impacts de la crise climatique sont « profondément inéquitables ». « Les 10 pays les plus exposés à un risque extrêmement élevé ne sont responsables que de 0,5 % des émissions mondiales », a souligné Nick Rees, l’un des auteurs du rapport, comme le rapporte The Guardian.

« Pour la première fois, [ce rapport donne] une image complète de l’endroit et de la façon dont les enfants sont vulnérables au changement climatique, et cette image est presque inimaginablement désastreuse », a commenté Henrietta Fore. « Les enfants sont particulièrement vulnérables aux aléas climatiques. Par rapport aux adultes, les enfants ont besoin de plus de nourriture et d’eau par unité de poids corporel et sont moins capables de survivre à des événements météorologiques extrêmes. »

Les auteurs du rapport appellent à ce que les jeunes soient inclus dans les négociations et décisions sur le climat, y compris lors du sommet Cop26 qui aura lieu en novembre à Glasgow. « Les enfants et les jeunes doivent être reconnus comme les héritiers légitimes de cette planète que nous partageons tous. »

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés