Rapport du GIEC: « Les vagues de chaleur qui se produisaient auparavant une fois tous les 50 ans se produisent désormais tous les dix ans »

Le rapport du GIEC, l’organe des Nations unies chargé du climat, n’est pas du tout positif pour notre avenir. Il montre que les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes en raison du réchauffement de la planète. « Les vagues de chaleur extrême qui se produisaient autrefois une fois tous les 50 ans se produisent désormais tous les dix ans », indique l’organisation des Nations unies.

Pourquoi est-ce important ?

En raison du réchauffement climatique, les conditions météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquentes, allant des inondations à Liège aux incendies de forêt en Turquie. Afin de limiter le réchauffement, plusieurs pays se sont engagés, dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, à limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré d'ici 2100. Le GIEC prévoit que la température de la Terre augmentera de 1 à 5,7 degrés au cours de ce siècle.

Selon les chercheurs du GIEC, les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, en présentant le rapport, a parlé d’un « code rouge pour l’humanité ». L’organe des Nations unies chargé du climat a fait la lumière sur différents scénarios. Sur  base de ceux-ci, le GIEC prévoit que la température sur terre peut augmenter de 1 à 5,7 degrés. Cela fait huit ans que le GIEC a publié un rapport sur le climat.

1,1 degré de plus sur la Terre

Selon le rapport, il y a peu de chances que même les interventions les plus radicales puissent empêcher le réchauffement de la planète de 1,5 degré. L’accord de Paris sur le climat stipule que les pays membres veulent empêcher la température d’augmenter de plus de 1,5 degré d’ici la fin du siècle. « Sans réduction immédiate et radicale des émissions, la température moyenne pourrait augmenter de plus de 2 degrés d’ici la fin du siècle », signale le rapport. À l’échelle mondiale, notre planète s’est réchauffée d’environ 1,1 degré par rapport à la moyenne préindustrielle.

« La quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est déjà suffisamment élevée pour perturber le climat pendant des décennies, voire des siècles », annoncent les chercheurs. « Cela s’ajoute aux vagues de chaleur mortelles, aux ouragans massifs et aux autres phénomènes météorologiques extrêmes qui se produisent déjà et qui vont probablement s’aggraver. »

Le rapport indique, entre autres, que les phénomènes météorologiques extrêmes se produisent déjà beaucoup plus fréquemment que par le passé. « La vague de chaleur au Canada, les incendies en Californie, les inondations en Allemagne, les inondations en Chine et la sécheresse dans le centre du Brésil montrent très clairement que les extrêmes climatiques font payer un très lourd tribut », a déclaré Paulo Artaxo, auteur principal du rapport et physicien de l’environnement à l’université de Sao Paulo. Même dans notre pays, nous n’échappons pas aux conditions climatiques extrêmes. Pensez par exemple aux inondations qui ont touché Liège et le Limbourg le mois dernier.

Davantage de vagues de chaleur

Selon les chercheurs, l’avenir s’annonce encore plus sombre, avec un réchauffement plus important et des événements extrêmes plus fréquents, même si l’augmentation de la température est limitée à 1,5 degré.

Les vagues de chaleur qui se produisent normalement une fois tous les 50 ans se produisent désormais tous les dix ans. Si le monde se réchauffe de 1,5 degré, une situation que les chercheurs pensent que nous atteindrons d’ici deux décennies, de telles vagues de chaleur se produiront une fois tous les six ans. Si le monde devait se réchauffer de 4 degrés, comme dans un scénario où rien n’est fait contre les émissions élevées, ces vagues de chaleur se produiraient tous les ans ou tous les deux ans.

Les sécheresses sévères sont 1,7 fois plus fréquentes, et la saison des feux de forêt devient plus longue et plus intense. En outre, le rapport souligne que le niveau des mers augmente également. En conséquence, le nombre d’inondations dans de nombreuses zones côtières a presque doublé depuis les années 1960. Les chercheurs n’excluent pas que les rares inondations qui se produisent une fois tous les 100 ans puissent devenir un phénomène annuel d’ici 2100.

Combinaison de phénomènes météorologiques extrêmes

Carolina Vera, autre auteure du rapport et climatologue à l’université de Buenos Aires et à la principale agence de recherche scientifique d’Argentine (CONICET), a déclaré qu’il était également de plus en plus probable que plusieurs phénomènes météorologiques extrêmes puissent se produire simultanément. Considérons, par exemple, une combinaison de chaleur, de sécheresse extrême et de vents violents. Dans une telle situation, de graves incendies peuvent rapidement se produire. Les incendies de forêt en Turquie et en Grèce en sont un bon exemple.

Le GIEC prévoit que de nombreuses régions agricoles importantes du monde connaîtront une augmentation des sécheresses ou des précipitations extrêmes. Il s’agit notamment de certaines parties de l’Argentine, du Paraguay, de la Bolivie et du Brésil, qui sont d’importants producteurs de soja et d’autres produits de base mondiaux.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20