De nouveaux signes laissent présager le pire pour le Gulf Stream à cause du changement climatique: pourquoi son effondrement serait tragique

Selon une nouvelle étude, le réchauffement dû à l’homme a entraîné une « perte presque totale de stabilité » du système qui régit les courants de l’océan Atlantique. Et cela soulève une perspective très inquiétante, car les chercheurs qui étudient le changement climatique ancien ont également trouvé des preuves que l’AMOC, le système de courants qui comprend le Gulf Stream, a brusquement disparu dans le passé, provoquant des variations de température sauvages et d’autres changements dramatiques dans les systèmes météorologiques mondiaux.

Pourquoi est-ce important ?

L'AMOC est au cœur du système climatique de la Terre et joue un rôle crucial dans la redistribution de la chaleur et la régulation des régimes météorologiques à travers le monde. La dernière fois qu'il s'est effondré, il a provoqué une vague de froid millénaire sous nos latitudes.

Il existe de plus en plus de preuves qu’un changement massif est en cours dans le système de circulation sensible de l’océan Atlantique. La circulation méridienne de retournement Atlantique (AMOC), également connue pour être le talon d’Achille de notre climat, est plus faible aujourd’hui qu’elle ne l’a été au cours des mille dernières années. Il pourrait en résulter davantage de tempêtes pour notre région, des hivers plus intenses et une augmentation des vagues de chaleur et des sécheresses destructrices dans toute l’Europe.

Selon les experts, l’AMOC, un système de courants qui comprend le Gulf Stream, est actuellement « dans son état le plus faible depuis plus d’un millénaire ». Et cela a d’énormes implications pour de nombreuses choses, du climat de l’Europe à l’élévation du niveau de la mer le long de la côte est des États-Unis.

Bien que des preuves de l’affaiblissement du système aient été publiées auparavant, de nouvelles études approfondissent notre connaissance du phénomène. L’une d’elles a été publiée il y a quelques mois dans Nature Geoscience par des scientifiques de l’Institut de Potsdam, de l’Université de Maynooth en Irlande et de l’University College London. Une autre a été publiée hier dans la revue Nature Climate Change. Elle s’appuie sur plus d’un siècle de données sur la température et la salinité des océans pour montrer les changements significatifs de huit mesures indirectes de la force de la circulation.

Ces indicateurs suggèrent que l’AMOC s’affaiblit, ce qui la rend plus sensible aux perturbations qui pourraient la déséquilibrer. L’analyse n’indique pas exactement quand l’AMOC s’effondrera. Mais les conséquences seraient considérables. L’AMOC est le cœur du système climatique de la Terre et joue un rôle crucial dans la redistribution de la chaleur et la régulation des régimes climatiques à travers le monde.

L’importance de la température et du sel

L’AMOC est alimentée par deux composants vitaux de l’eau de l’océan: la température et le sel. L’eau salée est 2 à 3% plus lourde que l’eau douce, et l’eau froide est plus lourde que l’eau plus chaude. L’eau plus salée va couler au fond et une fois arrivée, elle va s’écouler latéralement. Cela crée un courant de convection, appelé dans ce cas flux thermohalin.

L’ensemble du système est connu sous le nom de circulation thermohaline de l’océan (« thermo » signifie chaleur et « haline », sel) et joue de nombreux rôles cruciaux dans le climat. L’exemple le plus connu de circulation thermohaline est le Gulf Stream.

Dans le Golfe du Mexique, l’eau s’évapore, ce qui augmente la concentration en sel de l’eau. Comme cette eau plus salée devient plus lourde, elle coule. L’eau fraîche, moins salée, est amenée à la surface de l’océan et subit à son tour le même processus. Ce processus continu crée un courant. Ce courant va directement en Europe. Une fois que l’eau s’est réchauffée, elle libère sa chaleur lorsqu’elle touche le Vieux Continent. Si ce flux n’existait pas, l’Europe serait aussi froide que le Canada à la même latitude.

Pas de jour d’après

Mais la circulation peut être affaiblie en rendant l’eau du nord plus douce et moins salée (ce qui réduit sa densité). C’est ce que fait actuellement le changement climatique. Grâce à la combinaison d’une augmentation de la pluie et de la neige, d’une fonte accrue de la glace marine de l’océan Arctique et d’une augmentation considérable de l’eau douce provenant de la fonte des glaciers du Groenland.

Le film de science-fiction épouvantable Le jour d’après projette divers événements catastrophiques qui se produiraient après un arrêt soudain de l’AMOC. Bien sûr, tout ceci est très exagéré. Rien d’aussi grave n’est en train de se produire, et les scientifiques affirment que si un arrêt du Gulf Stream est possible à l’avenir en raison de la poursuite du changement climatique, un affaiblissement régulier constitue le scénario le plus probable dans un avenir proche.

Le regretté climatologue Wallace S. Broecker a écrit en 1997 que l’AMOC est le « talon d’Achille du système climatique ». Il a cité des preuves que le Gulf Stream a été activé et désactivé à plusieurs reprises au cours de l’histoire de la Terre, et que son effet est si fort qu’il a transformé des périodes de réchauffement en froid intense dans l’hémisphère nord. L’arrêt de la pompe thermohaline est même considéré comme l’un des effets de rétroaction sur le déclenchement d’une ère glaciaire.

Le (plus si mystérieux) cold blob près du Groenland

Les scientifiques ne s’attendent pas à ce qu’une telle chose se produise maintenant, d’autant plus que les gaz à effet de serre continueront à provoquer un réchauffement compensatoire. Ils notent toutefois que même un modeste ralentissement de 15% de l’AMOC s’est accompagné d’étranges régimes de température dans l’océan.

Ils considèrent également qu’il s’agit de l’explication du cold blob récurrent qui a été observé dans l’océan au sud du Groenland – une vaste zone qui s’écarte de la tendance générale au réchauffement de la planète et présente au contraire un refroidissement distinct.

Les scientifiques pensent que cette tache froide est la preuve qu’il y a moins d’eau chaude qui pénètre dans cette zone qu’auparavant, et qu’elle pourrait également être le résultat du ruissellement de la fonte de la calotte glaciaire. Dans le même temps, l’eau chaude s’est attardée au large des côtes du nord-est des États-Unis, où le golfe du Maine affiche l’un des réchauffements des eaux océaniques les plus rapides au monde.

Michael Mann, le climatologue qui a introduit la courbe en crosse de hockey, affirme que cette goutte froide a contribué à le convaincre que le ralentissement du courant océanique est bien réel.

Les scientifiques prévoient que l’AMOC va encore s’affaiblir si le réchauffement climatique se poursuit, et pourrait diminuer d’environ 34 à 45% d’ici la fin du siècle, ce qui pourrait nous rapprocher d’un point de basculement où le système pourrait devenir irréversiblement instable.

La dernière fois que l’AMOC s’est arrêtée, l’Europe a plongé dans un froid extrême pendant 1.000 ans

Stefan Rahmstorf, de l’Institut de recherche sur l’impact du climat de Potsdam, qui a cosigné l’étude publiée dans Nature Geoscience, estime qu’un affaiblissement de l’AMOC augmentera le nombre et la gravité des tempêtes sous nos latitudes et apportera davantage de vagues de chaleur en Europe.

Dans son rapport spécial de 2019 sur l’océan et la cryosphère dans un climat en évolution, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) de l’ONU a prédit que l’AMOC s’affaiblirait au cours de ce siècle, mais qu’un effondrement total au cours des 300 prochaines années n’était probable que dans les pires scénarios de réchauffement.

Cependant, l’analyse publiée cette semaine suggère que le seuil critique est probablement beaucoup plus proche que nous ne le pensions. Tous les indicateurs analysés dans l’étude – y compris la température de surface de la mer et les concentrations de sel – sont devenus de plus en plus variables.

Tout cela s’est déjà produit auparavant. Y compris quand l’humanité existait. Il y a 13.000 ans, une période glaciaire s’est terminée, la terre s’est réchauffée, les océans sont montés. Puis quelque chose d’étrange s’est produit : l’hémisphère nord est soudainement devenu beaucoup plus froid et est resté ainsi pendant plus de mille ans.

C’est longtemps resté un mystère, mais nous savons maintenant pourquoi : vers la fin de la dernière période glaciaire, un énorme lac glaciaire a fait irruption dans la calotte glaciaire nord-américaine en déclin. Le flot d’eau douce s’est déversé dans l’océan Atlantique, a stoppé l’AMOC et a plongé une grande partie de l’hémisphère nord – en particulier l’Europe – dans un froid intense. Des bulles de gaz piégées dans la glace polaire indiquent que la vague de froid a duré 1.000 ans. L’analyse de fossiles végétaux et d’objets anciens suggère que le changement climatique a transformé les écosystèmes et bouleversé les sociétés humaines.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés