Qui a encore confiance en la Chine? Plus grand monde si l’on en croit ces graphiques

EPA

Une enquête réalisée par le think tank PEW Research dans 14 pays, dont la Belgique, montre que la crise du coronavirus a durablement terni l’image de la Chine, et ce dans des proportions rarement observées.

En l’espace d’un an, l’image de la Chine et de ses dirigeants s’est fortement détériorée sur la scène internationale, comme le montre l’enquête de PEW Research menée dans 14 pays (États-Unis, Canada, Suède, Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, France, Espagne, Italie, Japon, Australie, Corée du Sud).

La chute de popularité la plus notable est observée en Australie où les opinions défavorables littéralement explosé, passant de 32% en 2017 à 81% aujourd’hui. En Belgique, le pourcentage d’opinions défavorables atteint 71%, pour 62% en Italie, 70% et même 85% en Suède et 86% au Japon.

Il est à souligner que les pays présentant les plus forts pourcentages – Suède, Japon, Australie – ont tous été impliqué dans des conflits diplomatique ou commerciaux avec la Chine ces dernières années.

Gestion de la crise

Néanmoins, le principal grief retenu contre les autorités chinoises dans les pays interrogés par PEW est sa gestion de la crise du coronavirus. En moyenne, celle-ci recueille 61% d’avis défavorables contre 37% de favorables. À noter qu’un seul pays fait pire en la matière: les États-Unis (84 % d’opinions défavorables).

En Belgique, les opinions défavorables par rapport à la gestion de la crise du Covid-19 s’élèvent à 58% concernant la Chine et 87% concernant les États-Unis. Par ailleurs, la gestion belge de la crise sanitaire recueille 39% d’avis défavorables dans notre pays.

L’OMS enfin, notamment fortement critiquée par Donald Trump, s’en sort finalement particulièrement bien puisqu’une moyenne de 63% des sondés estime l’organisation onusienne gère correctement la pandémie de nouveau coronavirus.

L’image de Xi Jinping

Le président chinois, Xi Jinping, ne peut clairement pas en dire autant. Son image a particulièrement souffert du manque de transparence des autorités chinoises lorsque les pays étrangers ont demandé des précisions sur l’origine du virus.

En Suède, en France, en Corée du Sud, au Japon, ainsi qu’au Danemark, on doute à plus de 80% de sa sincérité. En Belgique, 73% des personnes sondées ont déclaré ne pas du tout ou ne pas trop avoir confiance dans le président chinois.

Comme le montre les graphiques de PEW Resaerch ci-dessous, la confiance envers Xi Jinping est en chute libre pratiquement partout. Les seuls pays dans lesquels ce n’est pas le cas, sont ceux où la défiance à son égard était déjà très élevée.