Présidentielle française: Le Pen en difficulté ? « Zemmour offre quelque chose de nouveau et d’attrayant pour les électeurs qui ont perdu la foi en la politique »

Le journaliste du Spectator Jonathan Miller, Britannique en France, a assisté à une soirée de supporters du candidat populiste de droite à la présidentielle Éric Zemmour. « Ses détracteurs le comparent à Trump et mettent en avant ses condamnations pour incitation à la haine raciale ». Mais : « Ses convictions ne font qu’accroître son attrait rebelle. »

Pourquoi est-ce important ?

Avant de se présenter à la présidence, Zemmour était surtout connu comme le faiseur d'opinion (le plus) réactionnaire du paysage télévisuel français. Ainsi, comme l'ancien président américain Trump, c'est quelqu'un qui sait comment fonctionne la télévision et qui n'a pas de passé politique (actif). Une autre similitude avec l'ascension de Trump : il séduit un nombre croissant de personnes politiquement mécontentes, parmi toute la droite.

Zemmour était invité le 16 octobre au théâtre Zinga Zanga de Béziers, dans le sud de la France, un bastion de la droite française. Il est arrivé sur scène avec une heure de retard, mais sous un tonnerre d’applaudissements et des chants de « Zemmour Président », écrit Miller. Il a parlé pendant 25 minutes et a répondu aux questions pendant 25 autres minutes.

Zemmour a été agressé physiquement à deux reprises à Paris, mais « à Béziers, il a sauté par-dessus une barrière et s’est avancé vers des centaines de ses admirateurs pour leur serrer la main. Lorsque le président Macron a essayé de le faire en juin, il a reçu une gifle au visage. »

Intellectuel juif parisien

« Le populaire maire (de Béziers), Robert Ménard, un ancien journaliste, a été élu en tant qu’indépendant, mais avec un fort soutien de Marine Le Pen. Son mouvement politique, le Rassemblement national, anciennement le Front national, qui a des racines historiques dans l’antisémitisme, est puissant ici depuis des décennies », a rappelé Miller.
« Est-il donc paradoxal, bizarre, ou peut-être la preuve d’un déplacement plus profond des plaques tectoniques sociales et politiques, que samedi soir dernier, des milliers (de personnes) soient venues (au) théâtre pour acclamer Éric Zemmour, un intellectuel juif parisien, auteur et journaliste de télévision et de radio ? ».

Pas de « cabanes de jardin sur roues ».

Miller a pris le temps de détailler le public : « Je suis arrivé tôt et j’ai commencé à parler à des dizaines de fans de Zemmour qui faisaient la queue pour entrer dans la salle. Beaucoup avaient parcouru des centaines de kilomètres. Il y avait des dizaines d’étudiants. Tous ont été désillusionnés par Le Pen. Beaucoup ont admis qu’ils avaient auparavant voté pour Nicolas Sarkozy. Ce n’était pas une foule traditionnelle du Front national (…) conduisant ces camionnettes Renault cabossées qui ressemblent à des cabanes de jardin sur roues. Le parking était rempli d’Audi, de BMW, de Peugeot haut de gamme et d’une ou deux Jaguar. La foule parlait bien et était habillée avec soin. »

Sur son appel : « Zemmour, un Pied-Noir dont les parents berbères ont fui l’Algérie pendant la guerre d’indépendance, a été qualifié de raciste, d’islamophobe et d’extrémiste de droite dans une grande partie des médias français. Ses détracteurs le comparent à Trump et soulignent ses condamnations pour incitation à la haine raciale. Cela peut paraître choquant à l’étranger – mais ça l’est moins en France. L’incitation à la haine raciale peut être un crime subjectif, avec des poursuites engagées par des magistrats politisés. Ses convictions ne semblent que renforcer son attrait rebelle. »

Zemmour n’hésite pas à aborder des sujets tabous. « Dans son discours de samedi, il a exhorté à l’assimilation ou au départ des immigrants. Il s’est attaqué à la focalisation obsessionnelle sur le racisme et le colonialisme dans les médias, le gouvernement, les écoles, les universités et les institutions culturelles, affirmant que cela a miné les familles, les relations entre les sexes et la religion. Il a qualifié les radiodiffuseurs d’État d' »organes de propagande ». »

Bavardage

Ensuite, le journaliste britannique s’est entretenu brièvement avec le candidat à la présidence. Miller a demandé à Zemmour ce qu’il pensait des menaces du gouvernement de Macron de couper l’approvisionnement en électricité de la Grande-Bretagne « en représailles aux chamailleries sur les droits de pêche post-Brexit. »

« Lui, l’intellectuel par excellence, a noté que les relations anglo-françaises ont été pires – sans doute une référence aux guerres napoléoniennes – et a ensuite rejeté la faute sur l’Europe et en particulier sur les négociations menées par Michel Barnier, qui a récemment déclaré sa candidature à la présidence. » Les pêcheurs français pensaient qu’ils pouvaient continuer, les anglais qu’ils allaient tout récupérer. C’était le résultat de trous dans le dossier de Barnier, le résultat d’une mauvaise négociation.' »

Conclusion : « Il est dangereux de trop extrapoler à partir d’une seule nuit à Béziers. Néanmoins, Zemmour semble offrir quelque chose de nouveau et d’attrayant pour les électeurs qui ont perdu la foi en la politique. Les élections présidentielles françaises ont la réputation de produire des résultats imprévisibles. Macron en est l’exemple le plus récent. Zemmour pourrait bien être le prochain.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20