‘Les occupations nettes en hôpital et en USI ne diminuent pas encore’, élément essentiel pour penser au déconfinement

Steven Van Gucht et Emmanuel André – Isopix

Comme tous les jours, le centre national de crise et le SPF Santé publique ont fait le point ce vendredi sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique. La situation dans les hôpitaux reste stable à défaut de s’améliorer clairement.

Les chiffres:

  • 496 décès ont été annoncés ce vendredi matin, dont 171 dans les maisons de repos de Flandre entre le 18 et 31 mars.
  • Le total des victimes du covid-19 en Belgique se monte désormais à 3.019. 57% d’entre elles sont décédées à l’hôpital, 40% en maisons de repos et 1% à domicile. Les 2% restants sont pour le moment indéterminés.
  • 462 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées jeudi. Le nombre de lits actuellement occupés est désormais de 5.610 (+20 sur les dernières 24 heures).
  • 1.278 patients se trouvent aux soins intensifs (-7) et 993 sont sous respirateur.
  • Le niveau d’occupation des lits est de 58%.
  • 404 personnes ont quitté l’hôpital mercredi. En tout, ce sont 5.568 patients qui ont pu quitter les différents centres hospitaliers.
  • Enfin, 1.684 nouveaux cas ont été détectés jeudi, ce qui porte le total à 26.667: 915 en Flandre, 570 en Wallonie et 178 à Bruxelles. Des informations n’étaient pas encore disponibles pour les 21 personnes restantes.

Ces chiffres sont relativement stables, a résumé Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le covid-19.

‘Il y a de la place dans les hôpitaux’

‘Il y a de la place dans les hôpitaux pour accueillir les personnes qui nécessitent des hospitalisations’, a par ailleurs expliqué Emmanuel André.

Le virologue a reconnu que la situation dans certaines maisons de repos est difficile et que des solutions doivent être trouvées pour soulager ces institutions. ‘Mais en aucun cas, une hospitalisation ne doit être refusée.’

Cette déclaration est confirmée par les graphiques diffusés par le professeur en statistique, Nicolas Vandewalle. Le nombre de personnes admises en soin intensif est bien en dessous des 1.900 lits réservés pour le covid-19.

Concernant le déconfinement enfin, Emmanuel André estime que ‘le principe de tracer et de contacter les personnes qui ont été en contact avec des personnes atteintes du covid-19 sera nécessaire. Ces technologies devront être accompagnées, mais le jour où ce sera nécessaire, elles seront probablement à disposition.’

L’occupation ne diminue pas

S’il est rassurant que les hôpitaux ne soient pas saturés, il ne faut pas non plus se réjouir de trop vite. La situation reste critique. Comme le montrent les graphiques de Marius Gilbert, les courbes des hospitalisations s’aplanissent, mais elles ne baissent pas. Ce qui signifie que les unités dédiées pour le coronavirus ne désemplissent pas.

Cependant, on peut espérer que cette baisse arrive dans les prochains jours voir les prochaines semaines. Cela fait plusieurs jours que le nombre d’hospitalisations diminue, mais on n’en verra pas les effets tout de suite. Les patients restent à l’hôpital parfois pendant plusieurs jours voire semaines. Il faudra donc attendre que les personnes admises en nombre la les dernières semaines sortent pour pouvoir voir enfin une réelle diminution des places occupées dans les hôpitaux.

À ce moment-là, la situation dans les hôpitaux deviendra un peu plus viable et la fin progressive du confinement pourra être envisagée.