Les premières photos ont fuité : que savons-nous du premier avion de combat fait maison de la Turquie ?

Avec le TAI TF-X ou Milli Muharip Ucak (avion de combat national en turc), la Turquie entend disposer de son propre avion de combat maison d’ici la fin de la décennie. Mais que savons-nous déjà à son sujet ?

Dans l’actualité : la Turquie travaille sur son propre avion de chasse, dont les premières photos ont été dévoilées.

  • Le TAI TF-X sera un avion de combat bimoteur et furtif, qui devrait faire son entrée dans l’armée turque à partir de 2028. Cet appareil devrait remplacer les F-16 avec lesquels celle-ci vole actuellement. Normalement, la Turquie était censée acheter 30 F-35 de Lockheed Martin pour ce rôle, mais ce marché a été annulé après que le pays a acheté des systèmes antiaériens S-400 à la Russie. La Turquie a alors décidé de se bâtir sa propre industrie nationale de l’armement.
  • L’avion est développé par Turkish Aerospace Industries, une société détenue en partie par le gouvernement turc par l’intermédiaire d’un service du ministère de la Défense. En 2010, la Turquie a exprimé le désir de se doter d’un avion de combat propre, la phase de conception devant s’achever fin 2013.
  • Aujourd’hui, près de dix ans plus tard, l’avion est presque prêt à être présenté au grand public. Cependant, les images publiées en novembre ne montraient pas encore les moteurs installés, ni les stabilisateurs (les surfaces d’appui horizontales) ou les surfaces de queue. Sur la photo plus récente, partagée par Defence Blog, on peut déjà en voir un peu plus.

Les détails : à quoi ressemblera l’avion, et comment sera-t-il construit ?

  • Quiconque voit les photos et les vidéos du TAI TF-X ne peut se défaire de l’idée de voir un F-35 ou un F-22 Raptor américain. Ce n’est pas totalement illogique, car la cellule, la structure brute pour ainsi dire, n’a pas été créée de toutes pièces. En 2015, lors de la réflexion sur le look de l’avion, trois inspirations possibles étaient sur la table : le F-22, le F-16 ou le Gripen JAS 39 du constructeur suédois Saab. En mars 2017, on a appris que c’était le premier qui avait été choisi comme inspiration.
  • Pourtant, le TAI TF-X ne sera pas une copie exacte du Raptor. Ainsi, l’avionneur suédois Saab a été entraîné dans le bain pour l’aspect technologique, le britannique BAE Systems participera au développement des moteurs, et Rolls-Royce sera également impliqué.
  • La société russe Rostec, un conglomérat d’État qui possède la quasi-totalité de l’industrie de la défense dans le pays, a également fait part de sa volonté de coopérer, après quoi le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est allé assister à une démonstration aérienne du Sukhoi Su-57 en compagnie de Vladimir Poutine. Cependant, l’accord ne s’est pas concrétisé.

La taille compte ?

A noter : Plus de deux mètres de long de plus que le F-22 Raptor et plus rapide, du moins sur le papier.

  • En se basant sur quelques vidéos et photos, il est difficile de déduire beaucoup de détails sur le TAI TF-X. Cependant, le fabricant a déjà révélé pas mal d’éléments. Par exemple, l’avion mesurera 21 mètres de long, ce qui le rendra plus long que presque tous les avions de combat des hangars américains ou occidentaux. Les Russes produisent souvent des avions plus grands que les Américains, et avec ses 21 mètres, l’avion turc sera dans la même catégorie que les Sukhoi Su-30, Su-35 et Su-57 et le Chengdu J-20 chinois.
  • Mais l’expression « la taille compte » ne s’applique pas tout à fait au domaine aérien ; ce qui compte vraiment, c’est ce qui se trouve à l’intérieur de l’avion. Les premiers prototypes seront déjà équipés de deux moteurs à réaction General Electrics F-110, qui sont également utilisés dans les trois jets américains F-14, F-15 et F-16. Ces moteurs fourniront 76 kilonewtons de puissance chacun ; avec la postcombustion, ils pourront même atteindre 131 kilonewtons. Le TAI TF-X sera capable d’atteindre une vitesse maximale de 2.470 kilomètres par heure, soit une cinquantaine de km/h de plus que le F-22.
  • Ce qui pend sous ses ailes revêt également une grande importance pour un avion de combat. Cependant, on sait encore très peu de choses à ce sujet. La Turquie dispose d’un vaste arsenal de missiles anti-aériens, de missiles air-sol et de bombes, mais les noms, les nombres et les configurations de ces armes pouvant être transportées par l’avion n’ont pas encore été communiqués.
  • Quoi qu’il en soit, avec son avion, la Turquie aura un candidat qui concourra pour le prix du « meilleur chasseur de cinquième génération ». Dans ce domaine, il sera confronté à une concurrence redoutable, dont deux Américains (le F-22 et le F-35), deux Chinois (le J-20 et le Shenyang FC-31) et le Sukhoi Su-57 russe. En outre, plusieurs autres pays travaillent aussi sur leurs propres jets de cinquième génération, dont le KAI KF-21 Boramae de la Corée du Sud qui semble déjà prometteur.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20