Pourquoi une invasion chinoise de Taïwan pourrait se terminer de manière catastrophique, comme celle de la Russie en Ukraine

L’île de Taiwan est une forteresse fortement défendue avec l’une des plus grandes concentrations de systèmes de missiles au monde.

Taïwan est devenu une partie intégrante de l’actualité. La nation insulaire démocratique est surtout entrée en scène à partir de 2020, lors du déclenchement de la pandémie de Covid-19. Taïwan a réussi à empêcher le coronavirus d’entrer grâce à un leadership exceptionnellement compétent et à des applications technologiques innovantes. Bien qu’il devienne de plus en plus difficile d’éloigner définitivement Omicron, Taïwan cherche également une stratégie de sortie claire pour apprendre à vivre avec le virus. Un signe de la souplesse de la jeune démocratie taïwanaise.

Mais ce sont surtout les aventures géopolitiques de Taiwan qui ont suscité de nombreux écrits dans les médias ces derniers mois. Par exemple, Taïwan a réussi à établir des relations diplomatiques avec la Lituanie, État membre de l’UE. Non seulement Taïwan prend pied politiquement et économiquement dans l’Union européenne, mais son modèle démocratique gagne clairement en légitimité internationale. Les alliés traditionnels de l’ombre, tels que le Japon et les États-Unis, expriment également de plus en plus ouvertement leur soutien à l’île.

L’émergence de Taïwan en tant qu’acteur géopolitique sérieux est une véritable provocation pour le gouvernement de Pékin. Malgré une menace militaire de la Chine depuis des décennies, Taïwan a réussi à construire une démocratie dynamique (Taïwan fut le premier pays asiatique à autoriser les couples homosexuels à se marier). L’existence d’une démocratie compatible avec la culture et la société chinoises est une menace existentielle pour la survie du Parti communiste, qui considère que son système autoritaire à parti unique est essentiel pour diriger la Chine. Pour cette raison, Pékin a passé les dernières décennies à essayer de faire de Taïwan un paria géopolitique. Avec la doctrine « Une Chine », elle a presque réussi. Taïwan n’a pas sa place au sein des Nations Unies, d’Interpol et d’innombrables autres organisations internationales.

Nous entrons donc dans le vif du sujet : l’importance croissante de l’île en tant que plus grand fabricant de puces au monde et comme modèle de démocratie asiatique accélère les ambitions manifestes du Parti communiste de prendre Taïwan. Le Parti communiste a récemment réitéré de façon très claire que « personne ni aucun pouvoir » ne les empêchera de jamais « unifier » Taïwan à la Chine. (Une déclaration étrange car l’île de Taïwan n’a jamais fait partie de la République populaire de Chine).

De telles affirmations douteuses ressemblent étrangement à celles faites par le président russe Vladimir Poutine lorsqu’il a annoncé à la TV l’invasion de l’Ukraine à la veille de la guerre. Et si le président chinois Xi Jinping décidait bientôt qu’il était temps d’envahir et d’annexer Taïwan ? Ce conflit militaire entraînerait non seulement toute l’Asie, mais aussi les États-Unis et tous leurs alliés dans un conflit qui, comme la guerre en Ukraine, pourrait conduire à la troisième guerre mondiale.

Cependant, il existe une dernière similitude entre le conflit en Ukraine et une éventuelle invasion de Taïwan. Les experts militaires estiment que tenter de prendre Taïwan pourrait s’avérer catastrophique pour l’armée chinoise.

Si l’armée taïwanaise utilisait des Javelin comme les Ukrainiens, il serait déjà trop tard

L’expert taïwanais de la Chine et professeur (Université nationale Chengchi) Ding Shuh-fan a récemment expliqué dans The Epoch Times (journal à fort biais anti-chinois) pourquoi une invasion chinoise de Taïwan sera complètement différente de l’invasion russe de l’Ukraine, mais comment elle pourrait tourner aussi mal.

Premièrement, Taïwan est une île: elle ne partage donc aucune frontière terrestre avec la Chine. Un détroit de 180 km de large, le détroit de Taïwan, la sépare de la Chine. Cela change complètement l’approche des envahisseurs. Le simple fait d’envoyer des convois de chars à travers la mer ne sera pas une option, car les Taïwanais les verront bien sûr venir. « Le meilleur scénario pour Taïwan est qu’il n’y a tout simplement pas de troupes débarquant sur l’île. Si les troupes chinoises commencent à se rassembler dans le Fujian (la province du sud de la Chine la plus proche de Taïwan), les Taïwanais pourront cibler les ports militaires et les péniches de débarquement avec des missiles », explique Ding.

Taïwan, comme les Ukrainiens, ne déploiera des lance-roquettes Javelin et Stinger que lorsqu’il sera déjà trop tard et que les troupes chinoises auront déjà débarqué sur les plages occidentales. Par conséquent, l’attaque chinoise contre Taïwan pourrait commencer par une frappe massive de missiles sur les défenses côtières. Après cela, l’armée chinoise mesurerait calmement les dégâts avant de lancer un débarquement, soutient Ding.

Pendant cette pause, l’armée taïwanaise devrait formuler une contre-attaque visant les ports, les systèmes radar et les systèmes de missiles chinois. Le but ultime, cependant, est d’empêcher les troupes chinoises de débarquer à Taïwan.

Les États-Unis construisent la ceinture de missiles la plus avancée jamais construite sur les côtes de Taïwan

L’armée taïwanaise s’entraîne à ce scénario depuis des années et est préparée à un échange destructeur de missiles. Ding souligne que Taïwan possède l’une des plus grandes concentrations de systèmes de missiles au monde. D’autres experts ont décrit Taïwan comme une « tortue rétractée » qui coûtera la vie à des milliers de soldats chinois dans le scénario d’une invasion. La Chine ne serait pas encore prête pour cela.

De plus, l’armure de Taïwan est fournie par la force militaire la plus avancée que l’humanité ait jamais vue : l’armée américaine. Un exemple important récent a été la vente d’environ 40 obusiers automoteurs Paladin. L’ensemble de l’accord sur les armes s’élevait à environ 750 millions de dollars.

En octobre 2021, un accord sur les armes a été approuvé par Washington qui a vendu des missiles air-sol à Taïwan qui pourraient même frapper des villes chinoises. Au total, 400 nouveaux missiles ont été introduits sur l’île pour un coût d’environ deux milliards de dollars.

En février de cette année a été conclu le dernier accord sur les armes avec les États-Unis. Pour 100 millions de dollars, les États-Unis fourniront des « outils et services » à Taïwan pour étendre davantage sa ceinture de missiles avancés.

Les Taïwanais sont formés par les meilleurs stratèges américains

Mais les Taïwanais envisagent également d’autres options qu’une pluie de fusées mortelle. La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen avait déjà laissé entendre en 2019 que l’île devra s’appuyer sur d’autres stratégies. Elle a également évoqué la possibilité de déployer des sous-marins en plus des différents missiles.

Les sous-marins seraient en effet un bon moyen de repousser les navires militaires chinois, soutient Ding. Les stationner à certains endroits découragerait presque complètement une invasion, pense l’expert.

Pendant ce temps, l’armée taïwanaise continue de se préparer à une éventuelle invasion, avec des exercices en cours. Selon le ministère taïwanais de la Défense, au moins 15.000 soldats passeront environ 14 jours cette année dans un exercice militaire particulièrement difficile visant spécifiquement à contrer une invasion chinoise. Cette formation aurait également été élaborée par les meilleurs stratèges américains. Taïwan et les États-Unis ont finalement admis l’année dernière que des troupes américaines étaient présentes sur l’île, préparant les soldats taïwanais à un scénario de guerre potentiellement inévitable.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20