Pourquoi l’OPA de Musk sur Twitter a-t-elle un air de déjà vu ?

Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX, est prêt à mettre 43 milliards de dollars sur la table pour racheter Twitter. Il possède actuellement 9,1 % des actions. La stratégie utilisée par le milliardaire semble familière. Après tout, son aventure chez Tesla a également commencé par l’achat d’un paquet d’actions.

Depuis un certain temps déjà, Musk faisait savoir qu’il n’était pas satisfait de la manière dont Twitter était géré. Ces dernières semaines, il s’en est pris à plusieurs reprises à la plateforme ; selon le patron de Tesla, Twitter ne respecte pas toujours la liberté d’expression. Il veut donc réformer l’entreprise de l’intérieur. « Je crois au potentiel de Twitter à être la plateforme dédiée à la libre expression dans le monde, et je crois que la libre expression est une nécessité sociale pour une démocratie qui fonctionne », a-t-il déclaré jeudi après l’annonce de l’offre de rachat.

Le patron de Tesla a toujours été un fervent défenseur de la liberté d’expression, ce qui l’a mis sur une trajectoire de collision avec la SEC (Securities and Exchange Commission, l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers) à plusieurs reprises. Musk est obligé de faire vérifier ses tweets au sujet de Tesla par des avocats. Le régulateur lui a imposé cette obligation parce qu’en 2018, il a faussement affirmé via Twitter qu’il allait retirer Tesla de la bourse.

Déjà vu

Musk avait déjà acheté une participation de 9,1 % dans l’entreprise au début de ce mois. Il devait également obtenir un siège au conseil d’administration, mais ce projet a finalement été annulé. L’offre publique d’achat de 43 milliards de dollars a suivi peu après.

La stratégie de Musk donnera sans doute à certains un sentiment de déjà vu. Ce ne serait pas la première fois que le milliardaire prend une participation dans une entreprise pour ensuite en devenir la figure dominante. Il a fait la même chose avec Tesla.

Cela peut surprendre certaines personnes, mais Musk n’est pas l’un des fondateurs originaux du constructeur automobile. La société a été fondée en 2003 par les ingénieurs Martin Eberhard et Marc Tarpenning. Musk n’a rejoint l’entreprise qu’en 2004. Il a ensuite investi 30 millions de dollars dans Tesla et est devenu président du conseil d’administration.

Musk n’est devenu PDG qu’en 2008

En 2007, Eberhard a démissionné de son poste de PDG de Tesla, mais il est resté membre du conseil consultatif de l’entreprise. Il a ensuite été remplacé par Ze’ev Drori. Cet entrepreneur est ensuite resté à la barre jusqu’en 2008. Cette année-là, Eberhard et Tarpenning se retirent complètement de l’entreprise. Peu de temps après, en octobre 2008, Musk prend la direction de Tesla et licencie 25 % du personnel de l’entreprise.

Cette transition ne s’est pas faite sans controverse : Eberhard et Tarpenning ont affirmé avoir été mis sur la touche au sein de leur propre entreprise. En 2009, Eberhard a poursuivi Tesla et Musk pour, entre autres, diffamation et calomnie. Il a affirmé qu’il avait été mis à la porte, et que sa gestion était à tort tenue responsable des retards et des problèmes financiers entourant le Roadster. Eberhard a retiré son action en justice la même année.

Twitter voulait-il éviter cela ?

Les analystes ont précédemment noté que Twitter voulait donner à Musk un siège au conseil d’administration pour l’empêcher de tenter de prendre le contrôle de toute l’entreprise. Selon l’arrangement que le milliardaire avait conclu avec Twitter, il n’était pas autorisé à posséder plus de 14,9 % des actions de la plateforme. Therese Poletti, journaliste à Marketwatch, a parlé d’un geste intelligent de la part de Twitter dans un article d’opinion sur ce site. « De cette manière, l’entreprise évite à Musk de faire la même chose que ce qu’il a fait chez Tesla », peut-on lire.

Cela pourrait expliquer pourquoi Musk a finalement refusé un siège au conseil d’administration. De cette façon, il pourrait ouvrir la voie à une prise de contrôle complète.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20