Pourquoi les premiers jours de la guerre en Ukraine se sont si mal passés pour la Russie sur le plan militaire

Poutine aurait déjà dû mettre l’Ukraine dans sa poche : sur le papier, une guerre entre la Russie et l’Ukraine n’est pas un combat équitable. Dans tous les domaines mesurables – troupes, véhicules armés, avions, etc. – les Russes sont beaucoup plus nombreux que les Ukrainiens. Ils disposent d’armes plus avancées, de capacités supérieures dans le cyberespace et, ostensiblement, d’une expérience et d’une histoire récente en matière de violence militaire. Mais jusqu’à présent, la guerre n’a pas tourné à l’avantage de la Russie. Pourquoi ?

Les troupes russes ont été tenues à l’écart de Kiev, la capitale ukrainienne, et le point central de leur avancée initiale. Ils n’ont réussi à prendre le contrôle d’aucun autre grand centre de population ukrainien. Ils doivent encore établir une supériorité aérienne. Ils ne parviennent même pas à accomplir les tâches logistiques de base, comme s’assurer que leurs véhicules ont suffisamment de carburant.

L’invasion aura bientôt une semaine et il est trop tôt pour faire des déclarations définitives sur la façon dont la campagne russe se terminera. Mais le consensus parmi les experts militaires est que l’invasion initiale était basée sur des hypothèses stratégiques profondément erronées.

« Il m’a fallu un moment pour réaliser ce qu’ils essaient de faire, car cela semble tellement ridicule et incompétent », a déclaré sur Twitter Michael Kofman, directeur des études russes au think tank CNA, à propos de l’avancée russe. « L’opération russe est un plan bizarre, basé sur des hypothèses politiques terribles, avec un mauvais rapport avec leur formation et leurs capacités. »

Certains analystes estiment que le problème est encore plus profond, que l’armée russe n’a pas seulement mis en œuvre une mauvaise stratégie, mais qu’elle est elle-même une organisation incompétente, incapable de remplir correctement les fonctions de base sur le champ de bataille. Selon cette théorie, même un meilleur plan aurait quand même produit des résultats inférieurs à la norme sur le champ de bataille. Ou : l’explication la plus simple est que l’armée russe n’est pas ce qu’elle est sur papier.

Mais soyons clairs, selon la plupart des experts, la Russie reste favorite pour gagner la guerre : elle est tout simplement trop grande et trop bien équipée par rapport aux Ukrainiens. Le Pentagone prévient que la situation ne va pas tarder à s’aggraver : lors d’un briefing lundi, un haut responsable de la défense américaine a déclaré que la Russie pourrait assiéger Kiev et d’autres villes ukrainiennes, une tactique impitoyable qui prive délibérément les civils de besoins fondamentaux tels que la nourriture.

Stratégie élaborée sur la base de mauvaises informations

Pourtant, un effondrement rapide de l’Ukraine semble une possibilité de plus en plus éloignée – et si la Russie est victorieuse, elle le sera à un coût nettement plus élevé que ce que le président Vladimir Poutine semble avoir prévu.

Entre-temps, nous avons également une meilleure idée de la stratégie initiale de la Russie pour les premiers jours du conflit : prendre Kiev le plus rapidement possible et évincer le gouvernement du président Volodymyr Zelensky, mettant ainsi fin au conflit avant qu’il ne commence vraiment.

Les recherches d’avant-guerre menées par le service de renseignement russe FSB, récemment divulguées par les experts britanniques, suggèrent que les Ukrainiens en général ne sont pas satisfaits de leurs dirigeants et sont pessimistes quant à l’orientation de leur pays. Il semble que le plan d’invasion russe ait été basé sur cette évaluation, en supposant que la résistance ukrainienne serait légère et qu’une avancée rapide vers la capitale serait possible. Les Russes ont supposé qu’ils pouvaient atteindre Kiev en 48 heures, et la plupart de leurs décisions militaires ont été prises à la lumière de cette hypothèse.

Dans un conflit de ce type, la doctrine militaire traditionnelle préconise un usage intensif des « armes combinées » : différents éléments de la puissance militaire, tels que les chars, l’infanterie et les avions, déployés simultanément et de manière complémentaire. Mais selon les experts militaires, les troupes russes n’ont pas utilisé d’armes combinées de manière systématique. Au lieu de cela, ils ont apparemment choisi d’envoyer des troupes isolées, telles que des unités de reconnaissance et des parachutistes, vers l’avant sans soutien suffisant ni planification logistique. C’est un choix tactique qui a du sens si vous pensez que vous ne rencontrerez qu’une résistance symbolique – ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent.

Les Ukrainiens ont fait plus que ne pas s’effondrer

L’armée russe a également décidé de ne pas déployer certaines de ses armes et tactiques les plus dévastatrices – y compris le bombardement massif de zones peuplées comme on l’a vu dans des endroits comme la Syrie – dans les premiers jours du conflit. Il semble qu’il s’agisse là aussi d’un choix politique fondé sur de mauvaises hypothèses quant à la réaction des Ukrainiens à une invasion.

En bref, il semble que Poutine ait eu un mauvais plan et se soit énormément trompé sur la rapidité avec laquelle l’armée et la résistance ukrainiennes s’effondreraient. Il s’est efforcé d’éviter d’utiliser les armes les plus dangereuses pour détruire les positions défensives ukrainiennes afin de s’en tenir à sa version selon laquelle il ne s’agissait pas d’une véritable guerre et qu’une telle utilisation de la puissance de feu n’était pas nécessaire.

Mais il y a aussi ceci : les Ukrainiens ont fait beaucoup plus que ne pas s’effondrer. Leurs forces terrestres ont livré un combat vigoureux, faisant payer cher aux Russes leur avancée désordonnée et mal équipée. Leurs défenses aériennes ont survécu au premier bombardement russe et restent fonctionnelles à ce jour, laissant les Russes sans supériorité aérienne claire – un facteur crucial pour empêcher une avancée rapide. Et les Ukrainiens auraient fait un usage astucieux des drones Bayraktar TB2 contre les troupes terrestres russes, un système d’armes dont l’efficacité a été démontrée lors de la guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie l’année dernière.

Le résultat est que les Ukrainiens n’ont pas seulement remporté une victoire sur le plan de la propagande et de la morale, mais qu’ils ont également gagné du temps pour que les partisans extérieurs en Europe et aux États-Unis puissent obtenir une aide à l’Ukraine et imposer des sanctions punitives à l’économie russe.

Les Ukrainiens commencent maintenant à être sérieusement approvisionnés, à la fois par le reste du monde et par ce qui semble être des stocks importants d’équipements russes capturés auprès d’unités d’attaque écrasées et détruites. Plus ce conflit durera, mieux l’Ukraine sera en mesure de se défendre.

L’armée russe n’est-elle pas aussi puissante que le monde le pensait ?

Une question importante se pose donc : l’armée russe n’est-elle pas aussi puissante que le monde le pensait ? Bien que l’avancée initiale des Russes ait été contrecarrée, il est bien trop tôt pour déclarer les Ukrainiens vainqueurs du conflit. Les armées s’adaptent généralement pendant les conflits ; la Russie a la capacité de changer de vitesse et d’adopter une stratégie mieux adaptée à la résistance farouche des Ukrainiens. Certains signes indiquent déjà que la Russie s’apprête à utiliser certaines des tactiques les plus brutales à sa disposition, notamment des bombardements à grande échelle et le siège des villes ukrainiennes. Ce qui a déjà commencé à Kharkiv, dans la 2e ville la plus peuplée d’Ukraine.

Certains analystes affirment que la Russie n’a pas encore déployé ses forces militaires les plus efficaces. La puissance aérienne et l’artillerie russes ont été utilisées avec parcimonie, une décision qui contredit la doctrine militaire russe et qui est susceptible de changer à mesure que le conflit se poursuit. Le plan d’invasion fait largement appel à des unités plus faibles, y compris des conscrits. Ces derniers semblent être une grande partie du problème. Ils s’occupent de la logistique et semblent faire un très mauvais travail à cet égard. Les véhicules en panne d’essence en sont le meilleur exemple.

Mais d’autres experts affirment que les problèmes sont plus profonds que cela. Ils affirment que les échecs de l’avancée russe sont si profonds et si globaux qu’ils ne peuvent pas être expliqués uniquement par quelques mauvais soldats ; ils sont le reflet d’une organisation militaire qui n’est pas suffisamment préparée pour ce type de conflit. Les missions limitées réussies en Syrie et en Crimée, en d’autres termes, ne reflétaient pas les véritables capacités de l’armée russe – qui ont maintenant été exposées comme décevantes.

« L’armée russe commet des erreurs très fondamentales, au niveau stratégique comme au niveau tactique », a écrit sur Twitter Rob Lee, chargé de recherche au Foreign Policy Research Institute. « Les militaires russes disposent d’un équipement très performant et ils ont une expérience récente de son utilisation. Ils ne parviennent pas à déployer correctement ces armes et ces capacités, ce qui, à mon avis, est davantage une question de coordination, de préparation et de leadership. »

Mais même si les pessimistes concernant l’armée russe ont raison, cela ne signifie pas que les Ukrainiens finiront par repousser l’invasion russe. Il est peu probable que les lacunes de la Russie comptent à long terme. Les Russes ont assez de capacité pour forcer la chose brutalement, comme en témoigne ce convoi de 50 km de long en direction de la capitale, capté par des images satellites de Maxar.

Mais la question de savoir pourquoi la Russie a échoué jusqu’à présent est importante. Ne serait-ce que parce qu’elle détermine à quel point la guerre sera douloureuse pour Poutine. Chaque jour qui passe, la Russie subit davantage de pertes, de douleurs économiques et de pressions internationales. Un conflit prolongé augmente le risque que le régime de Poutine soit confronté à une résistance intérieure croissante, qu’il s’agisse de manifestations anti-guerre massives ou d’une crise de confiance au sein de l’élite politique et militaire russe.

Si la Russie peut adapter sa stratégie et utiliser sa véritable puissance, l’armée ukrainienne peut être vaincue dans un avenir proche. Mais si l’armée russe s’avère être une institution fondamentalement brisée et que les échecs continuent de s’accumuler tout au long de l’opération, l’invasion pourrait s’avérer beaucoup plus coûteuse pour la Russie que prévu.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20