Pourquoi les Belges se sont encore enrichis en 2021

Les actifs financiers des Belges ont augmenté de 10 milliards d’euros pour atteindre 1.158,3 milliards d’euros nets au premier trimestre 2021, selon les chiffres de la Banque nationale (BNB). Cette augmentation est principalement due à la hausse des prix des actions au cours du premier trimestre.

Pourquoi est-ce important ?

En raison des faibles taux d'intérêt, de plus en plus de Belges ont commencé à investir et cela ne leur a pas porté préjudice. La richesse du Belge moyenne a augmenté grâce à la hausse des cours de la bourse.

Nous sommes tous devenus légèrement plus riches. Si l’on divise la richesse totale de la Belgique par le nombre d’habitants (11.521.238 habitants au 1er janvier 2021), on arrive à une richesse nette moyenne de 100.536 euros par Belge, après dettes. Il s’agit bien sûr d’une moyenne, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

De bons profits pour les investisseurs

Cette augmentation est principalement due à la bonne performance des marchés boursiers au cours du premier trimestre. Au cours de cette période, les marchés boursiers ont bénéficié d’une reprise économique. Les plus fortes hausses ont concerné les fonds d’investissement et les actions cotées. La valeur de ces produits d’investissement a augmenté respectivement de 8,9 milliards de dollars et de 4,9 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l’année.

Cela n’est pas surprenant si l’on considère les performances des principaux indices boursiers. Par exemple, la Bel20 a augmenté de 6,4 % au cours des trois premiers mois de cette année. L’Eurostoxx50 a augmenté d’un peu moins de 10 %.

Les investisseurs sur le marché américain ont également bénéficié de mouvements de prix à la hausse. Au cours de la même période, le Dow Jones a gagné 9,1 % et le S&P500 7,3 %. Seul le Nasdaq a fait moins bien. Pour l’indice technologique, l’augmentation a été limitée à 3,1 %. Depuis le début de l’année, cet indice est quelque peu en difficulté en raison d’un intérêt croissant pour les valeurs cycliques et les valeurs de rendement.

Diminution de la valeur des produits d’assurance

Les produits d’assurance, quant à eux, ont enregistré des dépréciations de 4,4 milliards de dollars. Cela résulte de la hausse de la courbe des taux au premier trimestre 2021, qui joue un rôle important dans l’évaluation des provisions techniques des assurances-vie et des droits à la pension.

Les chiffres de la BNB montrent également que nous avons thésaurisé plus d’argent sur les comptes d’épargne et les comptes courants réglementés au cours du premier trimestre de cette année. Les dépôts dans ces comptes ont augmenté de 3,3 milliards de dollars et de 1,3 milliard de dollars, respectivement. Comme en 2020, nous avons également investi dans des parts de fonds de placement (+2,3 milliards d’euros) et, dans une moindre mesure, dans des actions cotées (+0,6 milliard d’euros).

Au cours du premier trimestre, l’intérêt pour les titres de créance, tels que les obligations et les bons de caisse, et les produits d’assurance a toutefois diminué. Les dépôts dans ces deux produits d’investissement ont diminué de 1,6 milliard d’euros dans chaque cas. En raison des faibles taux d’intérêt à long terme, ces produits d’investissement ne rapportent pratiquement rien.

Plus de dettes

Nous nous sommes tous endettés davantage. La montagne de dettes totale a augmenté de 4 milliards d’euros pour atteindre 319.9 milliards d’euros. Cette augmentation a été principalement ressentie dans les prêts hypothécaires. Le montant total de la dette a augmenté de 3,5 milliards d’euros pour atteindre 264,4 milliards d’euros. La faiblesse des taux d’intérêt fait que les prêts immobiliers restent populaires, mais l’augmentation des prix de l’immobilier fait également grimper le montant des prêts.

Le total des dettes est déduit du total des actifs financiers bruts, qui s’élève à 1 478,2 milliards d’euros. Après déduction des dettes, nous arrivons donc à 1 158,3 milliards d’euros. Note importante : les investissements immobiliers ne sont pas inclus dans les chiffres de la BNB.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Analyse boursière: les ambitions de Greenyard offrent des possibilités de révisions à la hausse

07/12/2021 09:04

(ABM FN) Les nouveaux objectifs de Greenyard permettent d'ajuster à la hausse les évaluations pour l'entreprise de fruits et légumes. C'est ce qu'a rapporté mardi l'analyste Fernand de Boer de Degroof Petercam.

Greenyard a l'ambition d'augmenter son chiffre d'affaires d'environ 650 millions d'euros pour atteindre 5 milliards d'euros au cours de l'exercice 2024/2025. Cela implique un taux de croissance annuel composé de 5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20