Pourquoi l’annonce spectaculaire de Xi Jinping sur le climat au sommet de l’ONU doit être prise avec des pincettes

Le président Xi Jinping a annoncé que la Chine ne financerait plus et/ou ne construirait plus de nouveaux projets de centrales électriques au charbon à l’étranger. Cela semble spectaculaire, car la Chine a financé la quasi-totalité des centrales électriques au charbon encore en construction dans le monde. Mais ce que Xi n’a pas mentionné lors de son discours à l’Assemblée générale des Nations unies, ce sont les centrales électriques chinoises alimentées au charbon dans son pays. Et c’est là que le bât blesse.

Pourquoi est-ce important ?

La Chine s'est engagée à devenir neutre en carbone d'ici 2060, mais une nouvelle vague d'investissements dans le charbon sur son territoire est un signe supplémentaire qu'elle retarde les mesures immédiatement nécessaires pour atteindre cet objectif à long terme.

La Chine construit actuellement le plus grand parc de centrales électriques au charbon à l’intérieur de ses frontières et la majeure partie de son électricité provient encore du charbon. Xi n’a pas non plus fait de nouvelles annonces concernant ses projets de réduction des émissions d’ici à 2030, si ce n’est qu’il a réitéré sa promesse d’atteindre le niveau maximal d’émissions d’ici à la fin de cette décennie. C’est loin d’être ce qui est nécessaire pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius, le niveau au-delà duquel le monde risque bien plus de subir des effets climatiques dévastateurs.

La Chine subit depuis un certain temps d’intenses pressions diplomatiques pour qu’elle cesse de financer le charbon à l’étranger. Cela pourrait permettre au monde de rester plus facilement sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat et réduire les émissions de carbone.

« La Chine apportera aux autres pays en développement un soutien accru pour le déploiement d’énergies vertes et à faible émission de carbone, et ne construira pas de nouveaux projets de centrales au charbon à l’étranger », a déclaré Xi dans son discours vidéo préenregistré lors de la réunion annuelle de l’ONU.

Le monde s’éloigne du charbon, pas la Chine

La Corée du Sud et le Japon ont déjà pris un engagement similaire au début de l’année. Ensemble, ces trois pays ont représenté plus de 95% de l’ensemble des financements étrangers destinés aux centrales électriques au charbon, la Chine représentant la part la plus importante.

Pour les observateurs, l’annonce n’est pas vraiment une grande surprise. Un indice est apparu plus tôt cette année : pour la première fois depuis longtemps, la Chine n’a financé aucun nouveau projet de charbon au cours des six premiers mois de 2021 dans le cadre de son projet de développement mondial, connu sous le nom d’initiative « la Ceinture et la Route ». Dans certains pays où les nouvelles centrales au charbon n’ont été construites que récemment, les projets de nouvelles centrales ont été mis en veilleuse (comme en Afrique du Sud), reconsidérés (comme au Bangladesh) ou se heurtent à des problèmes de financement (comme au Vietnam). En Inde, les centrales au charbon existantes fonctionnent bien en dessous de leur capacité et perdent de l’argent.

À l’échelle mondiale, les dépenses consacrées aux projets de charbon ont chuté à leur plus bas niveau en dix ans en 2019. Et au cours des 20 dernières années, le nombre de centrales électriques au charbon mises hors service ou suspendues a été supérieur à celui des mises en service.

Mais l’exception est la Chine elle-même. Pour atteindre son objectif de zéro émission nette d’ici à 2060, elle devrait fermer près de 600 de ses centrales électriques au charbon au cours de la prochaine décennie et les remplacer par une production d’électricité renouvelable. Si la Chine ne réduit pas fortement ses propres émissions au cours des dix prochaines années, le monde aura peu de chances de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C.

Mais la Chine, malgré ses promesses de réduire l’utilisation des combustibles fossiles, continue de construire des centrales électriques au charbon à sa guise. Elle a construit la majorité de toutes les centrales électriques au charbon achevées d’ici à 2020 et représentait également 85% des centrales électriques au charbon encore en construction. Cela signifie qu’au lieu de s’éloigner du charbon – source de près de 40% des émissions de carbone de la Chine – elle va dans la direction opposée.

En 2020, la Chine a ajouté 38 gigawatts d’électricité au charbon à son réseau électrique, soit 76% du total mondial.
Selon un rapport de 2018 de Greenpeace et du Global Energy Monitor, les pays membres de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) doivent éliminer complètement le charbon d’ici à 2030 pour rester en conformité avec l’objectif de l’accord de Paris sur le climat et empêcher les températures d’augmenter de plus de 1,5 degré Celsius. Les États-Unis et l’Union européenne – les plus grands émetteurs historiques du monde – ne sont pas non plus en passe de retirer leurs centrales électriques au charbon à cette échéance. Mais au moins, ils avancent dans la bonne direction.

La Chine a promis de devenir neutre en carbone d’ici 2060. Pourtant, une nouvelle vague d’investissements dans le charbon au niveau national est un signe supplémentaire qu’elle retarde les mesures immédiates nécessaires pour atteindre cet objectif à long terme. Pourquoi ? Il est essentiel de comprendre pourquoi la Chine s’accroche encore au charbon, car les décisions énergétiques du pays joueront un rôle décisif dans les années à venir pour savoir si le monde pourra atteindre ses objectifs climatiques.

En 2020, la Chine a ajouté 38 gigawatts d’électricité au charbon à son réseau, soit 76% du total mondial, et elle n’a pas ralenti alors même que le président Xi Jinping appelait à une reprise verte mondiale après la récession économique induite par la pandémie.

Pourquoi voyons-nous une si grande divergence entre la rhétorique climatique croissante de Xi et la réalité ?

Cela s’explique en partie par le fait qu’en 2014, les provinces chinoises ont reçu le pouvoir d’approuver de nouvelles centrales électriques, ce qui a entraîné une augmentation considérable des projets. Pour les provinces plus pauvres et riches en charbon, la construction d’une nouvelle centrale électrique est un moyen de stimuler le PIB. Avec la crise économique provoquée par la pandémie, les gouvernements locaux ont lancé une vague de nouveaux projets au printemps dernier.

L’objectif climatique à court terme de la Chine est d’atteindre le pic de ses émissions avant 2030. Certains responsables gouvernementaux ont interprété cela comme un mandat pour commencer à réduire les émissions maintenant, tandis que d’autres y voient une fenêtre pour construire plus de capacité fossile alors qu’il y a encore de la place pour une augmentation des émissions.

Mais c’est faire preuve d’un manque de perspicacité que de dire que le problème ne concerne que les gouvernements locaux. Le gouvernement central a conservé un certain contrôle sur les autorisations des centrales au charbon grâce à un système de feux de signalisation qui permet à l’Administration nationale de l’énergie de donner un feu rouge aux provinces, empêchant ainsi la poursuite du développement des centrales au charbon si elles disposent déjà d’une capacité énergétique suffisante. Ces dernières années, cependant, ce système de feux de signalisation est devenu très laxiste en raison des préoccupations relatives à la sécurité énergétique, la demande d’électricité ne cessant d’augmenter.

Tous les espoirs reposent sur le 14e plan quinquennal

Pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux, ce système doit changer. Pékin a déjà donné des signes de répression à l’encontre des provinces qui souhaitent construire de nouvelles centrales électriques au charbon. L’équipe centrale d’inspection environnementale de la Chine a pris une mesure sans précédent en février en publiant un rapport condamnant l’Administration nationale de l’énergie (NEA) pour ne pas avoir donné la priorité à la protection de l’environnement dans la planification énergétique et avoir autorisé le développement inutile de centrales électriques. Mais jusqu’à présent, la NEA n’a pas publié de réponse publique indiquant comment elle compte changer cela.

La Chine a publié son 14e plan quinquennal général en mars et, dans les mois à venir, elle devrait publier des plans sectoriels, notamment un plan pour le développement de l’électricité. Le Conseil chinois de l’électricité a proposé un objectif pour la capacité de charbon, qui pourrait passer de 1.080 gigawatts en 2020 à 1.250 en 2025. Mais cela n’est pas compatible avec l’accord de Paris sur le climat. La Chine devra encore réduire sa capacité de production de charbon à 1.150 gigawatts pour respecter ses normes d’émissions d’ici 2025 (cette date butoir est conforme à l’objectif de 1,5°C fixé à Paris). Greenpeace East Asia fait pression pour un objectif encore plus strict pour 2025 : 1.100 gigawatts.

Les centrales électriques au charbon chinoises étant exploitées bien en deçà de leur capacité maximale, les défenseurs du climat affirment que la poursuite du développement n’est de toute façon pas nécessaire. Les centrales électriques au charbon en construction ont une capacité de 247 gigawatts. Selon le Global Energy Monitor, la Chine n’aurait qu’à fermer des centrales au charbon au cours de cette décennie au rythme de 23 gigawatts par an si elle veut respecter les normes. Et ce rapport a été rédigé en 2018, avant cette dernière vague de nouvelles centrales à charbon, donc ce chiffre devrait être encore plus élevé maintenant.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20