Un ex-directeur de la CIA : “Le piratage des Russes est l’équivalent politique du 11 Septembre”

Les initiatives prises par la Russie pour tenter d’influencer l’élection du président américain au travers de manœuvres de piratage sont équivalentes, du point de vue politique, aux attentats terroristes contre le World Trade Center à New York en 2001. C’est ce qu’a estimé Michael Morell, un ancien directeur par intérim de la CIA entre 2011 et 2013, dans une interview qu’il a donnée à The Cipher Brief. « L’immixtion d’un gouvernement étranger dans nos élections constitue, je pense, une menace existentielle pour notre mode de vie. Pour moi, et ce n’est pas une exagération, c’est l’équivalent politique du 11 septembre. »Morell a également affirmé que les efforts de la Russie pour nuire à la campagne du parti démocratique afin d’aider à faire élire Donald Trump ne pouvaient être décrits que comme une attaque en règle de la démocratie américaine.Une étude secrète de la CIA indique en effet que la Russie a piraté la messagerie électronique du Comité national du parti démocrate, et celle du directeur de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta.Mais alors qu’ils avaient largement divulgué les e-mails trouvés sur la messagerie de ce dernier, les Russes se sont abstenus de révéler ce qu’ils avaient collecté sur celle du Parti National Républicain, qu’ils avaient aussi piratée. Cela motive les services secrets américains à conclure que leurs efforts ne visaient pas seulement à saper la confiance dans le processus des élections américaines, mais qu’ils  avaient aussi pour but de nuire à Hillary Clinton, et de promouvoir Donald Trump.

Une enquête

« Nous ne saurons jamais ce que les Russes ont fait, et si cela a affecté ne serait-ce qu’un seul vote, ou non. Mais ce que nous pouvons faire, c’est déterminer exactement ce qu’ils ont fait, et modifier en conséquence la façon nous manipulons les informations, dont nous la protégeons, pour nous assurer qu’ils ne recommenceront jamais », conclut Morell.Le président américain Barack Obama a ordonné une enquête sur les pirates russes. Le gouvernement américain affirme qu’au cas où la participation de la Russie serait avérée, elle devra s’attendre à des mesures de représailles, tels que de nouvelles sanctions, voire le piratage de ses propres serveurs.