Pékin impose aux médias chinois de censurer leurs articles sur l’enquête antitrust d’Alibaba

Jack Ma, Alibaba. – Isopix

Le gouvernement chinois a demandé aux médias du pays de censurer les reportages sur l’enquête antitrust dont Alibaba fait l’objet, ce qui démontre encore une fois que le problème revêt une dimension  politique nationale et qu’il est donc, un sujet assez sensible. 

Les ennuis se succèdent pour le fondateur et CEO d’Alibaba, Jack Ma. Il fait profil bas depuis près de deux mois et pour cause, Pékin a réprimé son empire commercial à plusieurs reprises :

  • Le report de l’introduction en Bourse de Ant Group, une opération qui devait lui permettre de lever près de 35 milliards de dollars, était l’une des premières conséquences néfastes de la répression chinoise.
  • Les autorités du pays ont ensuite imposé d’autres restrictions avec une nouvelle législation dans le but de limiter le monopole des grands acteurs du pays. Les nouvelles règles portaient principalement sur la législation relative à la protection de la vie privée et aux subventions.
  • En décembre, l’annonce de l’ouverture d’une enquête, par l’Administration d’État pour la régulation des marchés contre Alibaba, a provoqué un plongeon des actions à Hong Kong, où le groupe est coté.

Censure médiatique

Et cela ne s’arrête pas là… Lors de sa dernière apparition publique en octobre, Jack Ma a prononcé un discours, critiquant les banques d’État et les régulateurs financiers chinois. Fin décembre, le service de propagande du gouvernement chinois a demandé aux médias de suivre ‘strictement’ la ligne de conduite officielle du gouvernement et de ‘ne pas modifier ou analyser de façon approfondie le sujet sans  autorisation’.

‘Plusieurs investissements des entreprises de Jack Ma sont liés aux familles politiques les plus puissantes de Chine. Le fait que cette fois-ci, Jack Ma rencontre des problèmes avec l’État chinois cache probablement un problème politique sous-jacent encore plus important’, a a déclaré Xiao Qiang, un chercheur de l’Université de Berkeley. 

‘Pekin a peur d’Alibaba’

Les réactions de certains journalistes ne se sont pas fait attendre ‘Je pense que Pékin a toujours peur d’Alibaba dans une certaine mesure… ’, a déclaré un  journaliste anonyme, qui s’est confié au Financial Times.

La répression don Jack Ma fait l’objet a suscité l’inquiétude d’investisseurs et d’entrepreneurs, qui craignent que ces mesures politiques aillent bien au-delà de la réglementation et visent plutôt à montrer au milliardaire que le gouvernement est le patron ultime

Le mois dernier, la plateforme médiatique Huxiu, chapeautée par Alibaba, a été contrainte de cesser ses activités pendant un mois après avoir publié un éditorial portant sur les ‘sanctions excessives’ à l’encontre des groupes technologiques chinois.