Pékin cherche à atténuer les craintes autour d’Evergrande, mais les géants chinois de l’immobilier se noient dans les défauts de paiement

Evergrande est loin d’être le seul géant chinois de l’immobilier en difficulté. Sinic Holdings et China Properties Group sont également confrontés à des défauts de paiement de plus de 200 millions de dollars. Pékin essaie de contenir la panique croissante parmi les investisseurs et les créanciers. Pendant ce temps, il pleut des dégradations de la solvabilité dans le monde immobilier chinois.

La catastrophe naissante de la dette au sein de l’industrie chinoise de la construction se poursuit sans pitié. De plus en plus de grands noms du monde de l’immobilier font face à une énorme montagne de dettes et des manquements d’échéances pour des paiements astronomiques. Evergrande est toujours en tête, avec une dette totale de 305 milliards de dollars. Et de nombreuses dettes non enregistrées devraient encore être remboursées.

Maintenant, d’autres acteurs majeurs entrent également dans la zone de danger. Sinic Holdings a averti la semaine dernière qu’elle ne serait pas en mesure de rembourser une obligation étrangère de 250 millions de dollars. La date limite a effectivement été manquée, rapporte CNBC.

Vendredi dernier, China Properties Group, un promoteur immobilier avec des sites dans les grandes villes de Shanghai, Pékin et Kunshan, a également dû admettre qu’il ne pouvait pas lever 226 millions de dollars avant la date d’expiration du 15 octobre. Enfin, Fantasia Holdings, une entreprise de construction de Shenzhen, a également manqué un paiement d’obligation d’environ 206 millions de dollars.

La solvabilité à la poubelle

Les agences de notation de crédit sont désormais prêtes à frapper à nouveau le monde de l’immobilier chinois avec une nouvelle vague de dégradations. Cette semaine, Evergrande sera officiellement en défaut de paiement s’il ne peut pas payer les intérêts d’une obligation américaine. L’entreprise devait payer cette dette d’ici la fin septembre, mais a obtenu une prolongation de 30 jours. Dans le camp de l’entreprise, on reste muet sur les paiements qui ont tous été manqués ces dernières semaines. Si les agences de notation dégradent à nouveau la solvabilité d’Evergrande et d’autres géants de l’immobilier, il sera encore plus difficile de survivre à cette montagne de dettes.

Les sociétés immobilières chinoises China Aoyuan, Modern Land et Greenland Holding ont également obtenu des notes de crédit inférieures par les agences de notation S&P Global Ratings et Fitch.

Pendant ce temps, les autorités veulent calmer les choses. La banque centrale de Chine a déclaré vendredi que les risques induits par la crise d’Evergrande étaient « contrôlables« . Une déclaration qui fait référence au débat entre experts et investisseurs selon lequel l’éclatement de la bulle immobilière en Chine pourrait conduire à une crise financière mondiale. En effet, l’économie chinoise, étroitement imbriquée avec celle des États-Unis et d’innombrables autres régions, s’est appuyée sur une expansion constante du secteur immobilier pour obtenir une croissance effrénée au cours des dernières décennies.

Cependant, la Banque populaire de Chine estime que les promoteurs immobiliers seront en mesure de rembourser leurs obligations. Yi Gang, président de la Banque centrale, a déclaré que les autorités veilleraient à ce que les problèmes d’Evergrande ne se propagent pas à d’autres géants de l’immobilier, a rapporté l’agence de presse Reuters. Pourtant, cela semble donc déjà être le cas.

L’économie chinoise gémit sous la montagne de dettes d’Evergrande

Enfin, Gang a également indiqué que l’économie chinoise « se porte très bien ». Mais ce n’est pas tout à fait exact, selon un certain nombre d’experts. Reuters, par exemple, souligne qu’un grand nombre d’entreprises chinoises peuvent être confrontées aux mêmes risques qu’Evergrande. Ces problèmes sont causés par une « mauvaise gestion » au sommet de l’entreprise. Cela se traduit, par exemple, par la souscription d’importants montants d’emprunts locaux à long terme, qui ne sont pas comptabilisés comme dettes officielles par l’État.

Pendant ce temps, l’économie chinoise a progressé de 4,9% au troisième trimestre. Au premier trimestre, il y avait encore une croissance de 18,3% par rapport à l’année précédente. À la fin du deuxième trimestre, ce chiffre n’était que de 7,9%.

La vente de biens immobiliers et l’achat de terrains, en revanche, reculent à nouveau dans tout le pays. « Le fiasco d’Evergrande a laissé les acheteurs de maisons préoccupés par leurs futurs achats. Nous pouvons dire avec certitude que le secteur immobilier est en difficulté », a conclu l’économiste chinois Julian Evans-Pritchard dans un communiqué.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20