La pointe de l’iceberg : Evergrande a du mal à rembourser 150 millions de dollars sur ses 300 milliards de dettes

Evergrande doit rembourser près de 150 millions de dollars d’ici lundi. Ce n’est qu’une petite partie de la montagne de dettes astronomiques de 300 milliards de dollars du géant chinois de l’immobilier. Les créanciers surveillent de près si Evergrande peut dégager suffisamment de liquidités pour passer ce niveau.

La faillite continue de se rapprocher pour le géant chinois de l’immobilier Evergrande. Ce lundi, le promoteur immobilier est coincé avec pas moins de trois dates d’expiration d’obligations. Les créanciers, quant à eux, commencent à unir leurs forces pour mettre davantage de pression sur Evergrande.

La dette imputée pour cette semaine s’élève à quelque 148 millions de dollars. Celle-ci doit être versée ce lundi avant minuit (fuseau horaire de New York), indique la société de données de marché Refinitiv. Une bagatelle comparée à la montagne totale de dettes d’au moins 305 milliards de dollars que l’entreprise a accumulée au fil des ans en contractant des « prêts locaux à long terme » qui ne sont pas officiellement répertoriés comme des dettes.

Tout compte fait, les choses ne se présentent pas bien pour Evergrande et ses créanciers. Fin septembre, la société a manqué le remboursement de deux obligations d’une valeur de 129 millions de dollars. D’ici la fin de l’année, Evergrande doit encore rembourser au moins 573 millions de dollars. Comment la multinationale chinoise compte-t-elle trouver l’argent ?

Un contrat de 4,3 milliards de dollars

La stratégie actuelle du promoteur immobilier consiste à réaliser fébrilement des ventes d’urgence d’actifs et à attirer de nouveaux investisseurs. En effet, la société a déjà réussi à attirer certaines entreprises étrangères qui parient sur une reprise du secteur chinois de la construction et rachètent les dettes d’Evergrande. Un accord majeur avec le rival Hopson Development est également en vue. Evergrande veut vendre à Hopson une participation majoritaire dans son service de gestion immobilière.

« Un accord avec Hopson donnerait aux créanciers l’espoir qu’Evergrande puisse rembourser les obligations à temps. Mais si vous regardez l’ampleur de la dette, ce n’est que la pointe de l’iceberg », a déclaré un investisseur de Hong Kong détenant des obligations Evergrande au journal japonais Nikkei Asia.

L’accord avec Hopson prévoit une participation de 61 % dans Evergrande Property Services. Un bond en avant de 4,3 milliards de dollars, selon Nikkei.

Cela pourrait être pire

Cependant, ce qui rend les investisseurs et le gouvernement chinois si nerveux à propos d’Evergrande, c’est que le promoteur immobilier a également des dettes qui n’ont pas été comptabilisées. Ces dettes sont principalement contractées auprès de petits investisseurs et de prêts fiduciaires.

Il existe également plusieurs obligations émises par des filiales. L’une de ces dettes s’élève à 260 millions de dollars supplémentaires, grâce à une obligation de Jumbo Fortune Enterprises, une co-entreprise dans laquelle Evergrande est impliquée. Cette obligation est déjà arrivée à échéance le 3 octobre et n’a pas été remboursée, selon l’agence de presse Bloomberg.

Pendant ce temps, de nombreuses entreprises immobilières sont également aux prises avec des dettes catastrophiques: la bulle immobilière chinoise subit une pression impitoyable. Fantasia Holdings, un promoteur plus petit basé à Shenzhen, a manqué un paiement de 205,7 milliards de dollars ce mois-ci et a également du mal à libérer des liquidités. S&P Global et Sinic Holdings, de Shanghai, sont également menacés de faillite. Sinic doit rembourser une obligation étrangère de 246 millions de dollars avant le 18 octobre.

« Certains petits acteurs de l’immobilier en Chine sont affectés par la situation d’Evergrande depuis quelques mois. Les promoteurs dont les liquidités se détériorent sont pleinement exposés », prévient Global Ratings.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20