Pas plus que du « troc » et de « l’échange de timbres »: nouvelle charge des banques centrales contre le bitcoin et les cryptomonnaies

Depuis plusieurs mois, plusieurs banques centrales ont vivement critiqué les cryptomonnaies. Cette semaine, deux nouvelles attaques ont été menées, ciblant particulièrement le bitcoin.

La première lourde critique a été émise par Stefan Ingves, gouverneur de la Sveriges Riksbank, la banque centrale de Suède. Pour lui, il n’y a aucun intérêt à investir dans le bitcoin, car la cryptomonnaie a très peu de valeur intrinsèque. Un jour ou l’autre, beaucoup d’investisseurs perdront gros, estime-t-il.

« L’argent privé s’effondre généralement tôt ou tard », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, rapporte Bloomerg. « Bien sûr, vous pouvez vous enrichir en négociant des bitcoins, mais c’est comparable au commerce des timbres. »

M. Ingves, qui a précédemment été président du comité de Bâle et directeur du département des systèmes monétaires et financiers au Fonds monétaire international (FMI), avait également indiqué par le passé que le bitcoin et les autres cryptomonnaies n’échapperaient probablement pas à la surveillance réglementaire à mesure que leur popularité augmenterait.

« Un investissement à haut risque et de piètre réserve de valeur »

Même son de cloche en Amérique du Nord, où le gouverneur de la Banque du Mexique, Alejandro Diaz de Leon, a déclaré jeudi que le bitcoin s’apparentait davantage à un « moyen de troc » qu’à une « monnaie fiduciaire évoluée », indique Reuters.

« Quand quelqu’un reçoit des bitcoins en échange d’un bien ou d’un service, nous pensons que cette (transaction) s’apparente davantage à du troc, car cette personne échange un bien contre un bien, mais pas vraiment de l’argent contre un bien », a déclaré M. Diaz de Leon.

« À notre époque, l’argent a évolué pour devenir de la monnaie fiduciaire émise par les banques centrales », a-t-il ajouté. « Le bitcoin ressemble plus à une dimension de métaux précieux qu’à une monnaie légale quotidienne ».

Pour le gouverneur de la banque centrale mexicaine, si le bitcoin (ou un autre token) veut être considéré comme de l’argent, il doit devenir un moyen de paiement fiable. Et voir son cours se stabiliser.

« Les gens ne voudront pas que leur pouvoir d’achat, leur salaire augmente ou diminue de 10% d’un jour à l’autre. Vous ne voulez pas de cette volatilité pour le pouvoir d’achat. En ce sens, ce n’est pas une bonne protection de la valeur », a-t-il expliqué.

Il s’agit dès lors d’un « investissement à haut risque et de piètre réserve de valeur », a-t-il conclu.

Des précédents

Plus tôt cette année, d’autres hauts responsables de banques centrales avaient mis en garde contre les cryptomonnaies. Au mois de mai, Andrew Bailey, gouverneur de la Banque d’Angleterre, avait déclaré les personnes souhaitant investir dans les cryptomonnaies devaient « être prêtes à perdre tout leur argent« .

« Elles n’ont aucune valeur intrinsèque. Cela ne veut pas dire que les gens ne leur donnent pas de valeur, car elles peuvent avoir une valeur extrinsèque. Mais elles n’ont pas de valeur intrinsèque », avait-il précisé.

Plus tôt, le gouverneur la banque centrale d’Irlande, Gabriel Makhlouf, avait tenu exactement le même discours. Selon lui, les personnes qui investissent dans les cryptomonnaies doivent s’attendre à tout perdre.

« Personnellement, je ne mettrais pas mon argent là-dedans, mais clairement, certaines personnes pensent que c’est un bon pari. Il y a 300 ans, les gens mettaient de l’argent dans les tulipes parce qu’ils pensaient que c’était un investissement », avait-il ironisé.

Partout dans le monde, les banques centrales préfèrent s’atteler au développement de leur propre monnaie virtuelle, appelée monnaie numérique de banque centrale. Sur lesquelles elles auront le contrôle.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés