Ce pays insoupçonné rejoint la course à l’espace et prévoit d’imprimer bientôt des organes humains en 3D à bord d’un satellite

L’Ouganda a lancé lundi, en collaboration avec le Japon, son premier satellite, appelé PearlAfricaSat-1, dans l’espace.

Pourquoi est-ce important ?

De plus en plus de pays lancent des fusées, des satellites, des sondes et même des atterrisseurs lunaires dans l'espace. Cela s'explique par la diminution constante du coût d'un tel lancement. Aujourd'hui, même les pays les plus pauvres sont capables de lancer des programmes spatiaux.

L’essentiel : l’Ouganda utilisera le nouveau satellite pour mener une série d’expériences diverses.

  • PearlAfricaSat-1 sera utilisé pour obtenir des données plus précises pour les prévisions météorologiques. La cartographie des gisements minéraux et la surveillance de l’agriculture sont également à l’ordre du jour. Le satellite devrait également servir de garde-frontière.
  • Mais la mission la plus remarquable de PearlAfricaSat-1 est sans doute de mener des recherches biomédicales dans l’espace. Selon The Nile Post, l’une des plus grandes publications du pays, l’absence de gravité sera utilisée pour mener des recherches sur l’impression 3D de tissus humains.
  • Elle étudiera également l’impact de l’apesanteur sur le bon fonctionnement des ovaires. Au cours de l’histoire, il n’y a eu pratiquement aucune recherche sur le processus de reproduction dans l’espace.
  • Enfin, PearlAfricaSat-1 sera utilisé pour surveiller l’oléoduc Ouganda-Tanzanie. Il est actuellement en cours de construction. Une fois terminé, ce sera le plus long oléoduc chauffé du monde et il sera essentiel pour le développement économique de la région.

Le détail : Entre-temps, le satellite est déjà arrivé à sa destination, la Station spatiale internationale (ISS), et sera mis en orbite le 5 décembre.

  • PearlAfricaSat-1 est le résultat du programme BIRDS (Joint Global Multi-Nation Birds Satellite Programme), une collaboration entre le Japon et un certain nombre de pays africains. Le satellite a été développé sous la direction de trois ingénieurs ougandais, qui ont été formés au Japon.
  • Cependant, l’Ouganda n’est pas le seul pays à pouvoir aller dans l’espace de cette manière et à moindre coût. Le Ghana et le Nigeria, entre autres, ont déjà placé des satellites en orbite en coopérant avec le Japon.
  • Entre-temps, plus de dix pays africains ont déjà envoyé des satellites dans l’espace. D’ici 2025, 125 autres satellites devraient s’ajouter. Ils sont actuellement développés par 23 pays du continent, selon les rapports de Quartz.
  • Selon le Mail & Guardian, un site d’information sud-africain, le marché spatial africain représentera 10 milliards de dollars d’ici 2024. Ceci est remarquable, car le premier satellite africain n’a été lancé qu’en 1999.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20