Non pas qu’ils vont vous écouter, mais voici 10 choses que vous pouvez répondre aux personnes qui ne veulent pas se faire vacciner

Ce sont des fanatiques, les plus réfractaires aux vaccins. Des recherches ont déjà montré que la plupart de ces antivax sont également peu sensibles aux arguments scientifiques qui réfutent leur position. Mais même si nous entrons dans la phase finale de la campagne de vaccination, cette proposition reste valable : il est important pour l’immunité de groupe qu’un nombre suffisant de personnes se fassent vacciner. Voici donc dix réponses à dix arguments que les partisans des vaccins aiment à avancer. On ne sait jamais.

1. Le vaccin Covid-19 affecte la fertilité des femmes et/ou est dangereux pour les femmes enceintes

Ce dernier mythe a vu le jour lorsqu’un message a été partagé sur les médias sociaux en décembre 2020 par le Dr Wolfgang Wodarg, médecin et ancien scientifique en chef pour les allergies et la thérapie respiratoire chez Pfizer, et le Dr Michael Yeadon, pneumologue. Ils ont affirmé que la protéine spike du coronavirus était la même que la protéine spike responsable de la croissance et de la fixation du placenta pendant la grossesse. La crainte était qu’à la suite du vaccin, le système immunitaire ne soit pas capable de faire la distinction entre les deux protéines de pointe et qu’il attaque la protéine placentaire.

Ce n’est pas vrai. La composition globale de la protéine placentaire est très différente de celle de la protéine de pointe du coronavirus.

En outre, les avantages de la vaccination l’emportent sur les risques d’infection pour les femmes enceintes. Car, ce qui est vrai, c’est que, bien que le risque global de maladie grave soit faible, les personnes enceintes et celles qui viennent de l’être courent un risque accru de maladies graves dues au Covid-19 par rapport aux personnes non enceintes. De plus, les femmes enceintes atteintes de Covid-19 ont un risque accru de naissance prématurée et peuvent avoir un risque accru d’autres résultats défavorables de la grossesse par rapport aux femmes enceintes sans Covid-19.

Il n’est pas non plus vrai que les vaccins rendraient les femmes moins fertiles. Ceci a été testé, d’abord dans les phases initiales chez les animaux, et a ensuite été démontré par le nombre de grossesses qui se sont produites pendant les phases de test chez l’homme.

2. Le vaccin peut causer l’infertilité masculine et le dysfonctionnement érectile

L’une des principales raisons pour lesquelles les hommes ne se font pas vacciner est l’idée que les vaccins peuvent affecter la fertilité et la virilité masculine. La recherche montre le contraire. Il n’existe aucune preuve que le vaccin nuit au système reproducteur de l’homme. Mais le covid-19 le fait.

Des études récentes menées par des médecins et des chercheurs ont mis en évidence les effets potentiellement profonds des infections par le coronavirus sur les hommes de tous âges, y compris les hommes plus jeunes et d’âge moyen qui souhaitent avoir des enfants.

En soi, ce n’est pas une surprise. Les scientifiques savent que d’autres virus pénètrent dans les testicules et affectent la production de sperme et la fertilité. Par exemple, des chercheurs qui ont étudié les testicules de six patients décédés du virus SRAS-CoV en 2006 ont constaté que tous présentaient une destruction cellulaire généralisée, avec peu ou pas de sperme.

Les virus des oreillons et du zika sont également connus pour pénétrer dans les testicules et provoquer une inflammation. Jusqu’à 20 % des hommes infectés par ces virus verront leur production de sperme réduite.

3. J’ai eu Covid-19, je n’ai donc pas besoin de vaccin

La réinfection par le SARS-CoV-2, le virus à l’origine du Covid-19, peut se produire même chez les personnes qui ont déjà contracté le virus. Mais le vaccin offre une protection contre les complications graves du Covid-19 pour ceux qui sont réinfectés.

Le niveau de protection atteint par l’immunité naturelle après une infection par le virus est inconnu. Mais les scientifiques pensent que le vaccin offre une meilleure protection que l’infection naturelle.

L’immunité provient de la capacité du système immunitaire à se souvenir d’une infection. Grâce à cette mémoire immunitaire, l’organisme sait comment se défendre s’il rencontre à nouveau la maladie. Les anticorps sont des protéines qui peuvent se lier à un virus et empêcher l’infection. Les cellules T sont des cellules qui dirigent l’élimination des cellules infectées et des virus qui ont déjà été liés par des anticorps. Ces deux éléments sont quelques-uns des acteurs clés qui contribuent à l’immunité.

Après une infection par le SARS-CoV-2, les réponses des anticorps et des lymphocytes T d’une personne peuvent être suffisamment fortes pour la protéger contre une nouvelle infection. Des études montrent que 91 % des personnes qui développent des anticorps contre le coronavirus ont peu de chances d’être réinfectées, même après une infection légère pendant six mois. Les personnes qui n’ont eu aucun symptôme pendant l’infection sont également susceptibles de développer une immunité, bien qu’elles aient tendance à produire moins d’anticorps que celles qui se sont senties malades.

Le problème est que tout le monde ne développera pas une immunité après une infection par le SARS-CoV-2. Jusqu’à 9 % des personnes infectées n’ont pas d’anticorps détectables et jusqu’à 7 % des personnes n’ont pas de cellules T qui reconnaissent le virus 30 jours après l’infection.

Pour les personnes qui développent une immunité parce qu’elles ont été infectées, la force et la durée de la protection peuvent varier considérablement. Au moins 5 % des personnes perdront leur protection immunitaire en quelques mois. Sans une défense solide, ces personnes sont susceptibles d’être réinfectées par le coronavirus. Certaines personnes ont eu une deuxième attaque de Covid-19 un mois seulement après leur première infection ; et, bien que cela soit rare, certaines personnes ayant contracté une deuxième infection ont été hospitalisées ou sont même décédées.

Les vaccins Covid-19 génèrent à la fois des réponses en anticorps et en cellules T, mais celles-ci sont beaucoup plus fortes et cohérentes que dans le cas d’une immunité par infection naturelle. Les études montrent également que les niveaux d’anticorps sont beaucoup plus élevés chez les personnes vaccinées que chez celles qui ont récupéré de l’infection.

4. Les effets secondaires du vaccin Covid-19 sont dangereux

La plupart des effets secondaires du vaccin COVID-19 sont très légers : fièvre légère, bras douloureux et fatigue. Elles durent de un à trois jours maximum. Les effets secondaires tels que les caillots sanguins sont très rares. Pour chaque million de personnes ayant reçu leur première injection, 8,1 cas de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) – caillots sanguins avec un faible taux de plaquettes – ont été signalés. C’est ce que révèle une étude portant sur un total de 49,23 millions de personnes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca dans l’UE, l’Espace économique européen et le Royaume-Uni. Après la deuxième dose, 2,3 cas par million ont signalé des problèmes de coagulation du sang. Les chiffres sont similaires pour le vaccin de Janssen.

Les risques de caillots sanguins chez les personnes non vaccinées à la suite d’une infection par le Covid-19 sont également huit à dix fois plus élevés.

5. Les vaccins sont dotés d’une puce électronique qui peut suivre et contrôler une personne.

Cette théorie du complot a été propagée par les antivax qui pensent que le magnat des affaires, investisseur et philanthrope américain Bill Gates implantera des micropuces pour suivre les mouvements des personnes, en utilisant le vaccin comme méthode d’administration.

Ce mythe a pris de l’ampleur lorsqu’une vidéo a été partagée sur Facebook, faisant de fausses déclarations sur la puce électronique facultative figurant sur l’étiquette de la seringue du vaccin Covid-19. Le but de cette puce est de confirmer que l’injectable et le vaccin ne sont pas contrefaits ou périmés. La puce confirme également si l’injection a été utilisée. La micropuce fait partie de l’étiquette de la seringue et non de l’injectable lui-même.

6. Le développement du vaccin Covid-19 a été trop rapide.

Il est vrai que le vaccin contre le coronavirus a été développé très rapidement. Mais cela a été possible parce que la technologie des vaccins était en développement depuis de nombreuses années. Lorsque l’information génétique du SRAS-CoV-2 a été identifiée, le processus a pu commencer rapidement. Il y avait suffisamment de fonds pour financer la recherche et les médias sociaux ont facilité le recrutement des participants aux essais cliniques.

Le Covid-19 étant très contagieux et très répandu, il n’a pas fallu longtemps pour voir si le vaccin fonctionnait chez les volontaires de recherche qui avaient été vaccinés. Les entreprises ont commencé à produire des vaccins au début du processus – avant même l’autorisation – de sorte que certains stocks étaient prêts lorsque l’autorisation a eu lieu.

7. Le vaccin Covid-19 peut changer mon ADN

Le vaccin à ARN messager (Pfizer, Moderna) et le vaccin à vecteur viral (AstraZeneca, Johnson & Johnson) permettent à votre organisme de développer une protection, de sorte que si vous êtes infecté par le SRAS-CoV-2, votre corps est prêt à combattre le virus. L’ARN messager (ARNm) de deux des premiers types de vaccins Covid-19 pénètre dans les cellules, mais pas dans le noyau des cellules où se trouve l’ADN. L’ARNm amène la cellule à fabriquer des protéines pour stimuler le système immunitaire, puis il se décompose rapidement – sans affecter votre ADN.

8. Nous ne savons pas quels seront les effets secondaires à long terme.

Selon les experts, les effets secondaires indésirables des vaccins surviennent presque toujours dans les deux premières semaines, et certainement dans les deux premiers mois. Les effets secondaires les plus graves des vaccins dans l’histoire ont tous été constatés dans les six semaines. C’est pourquoi les autorités sanitaires européennes et américaines, par exemple, ont attendu au moins deux mois après la vaccination des sujets avant d’envisager d’accorder une autorisation d’urgence pour les vaccins Covid-19.

9. Ma foi me protège, je n’ai donc pas besoin d’être vacciné.

Il n’est pas surprenant que certaines communautés religieuses aient exprimé des doutes sur le vaccin. Une étude de 2019 a révélé que la religion et le refus des vaccins sont liés. Une étude menée en Australie cette année a révélé que les personnes ayant un « niveau de religiosité plus élevé » étaient plus susceptibles d’hésiter ou de résister à leur intention de se faire vacciner. Le scepticisme religieux existe depuis l’invention des vaccins en Occident en 1796, lorsque certains chefs religieux considéraient le vaccin contre la variole comme « agissant contre la volonté de Dieu ».

Aujourd’hui, il reste des vestiges de cet argument anti-scientifique. Voici le contre-argument : si vous croyez que Dieu nous a créés à son image, y compris la capacité de penser et de raisonner, la vaccination nous a permis de nous débarrasser d’une grande partie des maladies et de la misère. On ne meurt plus de la variole. Les enfants ne sont plus handicapés à vie par la polio. C’est une bonne chose. C’est parce que Dieu nous a donné un cerveau pour penser et raisonner. Alors utilisons-la.

10. Nous sommes plus nombreux que vous ne le pensez à refuser les vaccins.

Pas vraiment. Lorsque la campagne de vaccination contre le coronavirus sera terminée – ou du moins lorsque ce cycle sera terminé – on s’attend à ce qu’à peine 100.000 Flamands de plus de 18 ans aient consciemment refusé de se faire vacciner. Pas mal pour 5,3 millions d’habitants. La Wallonie a des chiffres comparables, seule Bruxelles est un peu en retrait. Mais nous faisons beaucoup mieux que la plupart des régions du monde. Et si les images des manifestations contre la vaccination peuvent paraître spectaculaires, elles ne sont, dans toute l’Europe, qu’un combat d’arrière-garde plutôt qu’un véritable soulèvement. Même en France, où les protestations sont les plus vives, les trois quarts de la population n’ont aucun problème avec l’introduction du fameux pass sanitaire qui limite l’accès aux restaurants, entre autres, aux personnes ayant été vaccinées.

PS : Les personnes qui ont subi un lavage de cerveau et qui pensent que les vaccins sont mauvais ne sont pas le vrai problème.

Le vrai problème, ce sont les gens qui font le lavage de cerveau. Bon nombre d’entre eux sont eux-mêmes vaccinés. Ils ne font que semer le doute et la peur par intérêt personnel. Après tout, qui se soucie de la vérité quand la polarisation peut être si profitable ?

pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés