« De nombreux signes que l’économie est très faible »: Cathie Wood s’attend à un rétropédalage de la Fed dès 2023

Hausse des licenciements et du taux de chômage, baisse ou stagnation des embauches pour des emplois à domicile, stocks des magasins trop remplis : Cathie Wood s’alarme de l’état de l’économie, et s’attend à ce que la Fed réduise la voilure.

Elle n’en est pas à son coup d’essai. Ces dernières semaines, la célèbre investisseuse Cathie Wood s’est alarmée plusieurs fois sur la santé de l’économie américaine, affirmant qu’elle se trouvait déjà en récession. La CEO d’Ark Invest se basait notamment sur la baisse du nombre d’emplois observée en juin. Cette fois, elle se base sur toute une série d’autres éléments.

Des signes que l’économie est faible

Elle fait référence au chiffre du marché du travail américain publié la semaine dernière, qui a montré que deux fois plus de personnes avaient été engagées que ce qui était attendu (pour les secteurs non-agricole). Pour elle, le monde économique se focalise trop sur ce qui est pour elle « quelques dernières embauches ». Ce qui serait préoccupant, derrière ce « gros » chiffre, c’est plutôt l’évolution de l’embauche d’emplois à domicile (comme les indépendants, certaines PME, les ouvriers agricoles), qui représentent une la population la plus importante de travailleurs américains. Elle stagne, ou est à la baisse, depuis quatre mois consécutifs, affirme Wood dans une interview accordée à Bloomberg.

À côté de l’emploi, les tendances dans les chiffres du chômage l’interpellent aussi. « Si vous regardez les demandes de chômage, nous n’avons jamais vu une augmentation plus rapide à partir du fond que ce que nous venons de voir… en hausse d’environ 50 % par rapport au niveau le plus bas », explique-t-elle. Depuis avril, les demandes d’allocations de chômage sont passées d’environ 175.000 par semaine à plus de 260.000 fin juillet.

Elle se base également sur le rapport de la société de placement Challenger, et avance que par rapport à il y a un an, les licenciements ont augmenté de 50 à 60%. En juin, ils étaient effectivement fortement en hausse, mais en juillet, ils ont baissé par rapport à juin, tout en restant 36% plus nombreux qu’en juillet 2021, ajoute Markets Insider.

Mais ce n’est pas tout. Un autre point de faiblesse de l’économie, ce sont les inventaires très remplis des entreprises, qui font qu’elles doivent brader les prix pour se débarrasser de leur excédent de marchandises. Michael Burry, l’investisseur connu sous le nom de « The Big Short », a également souligné le problème que posent ces stocks excédentaires pour l’économie américaine. Pour Cathie Wood, ces problèmes sur les marchés du travail sont d’ailleurs « tous en lien avec la surabondance des stocks ».

Baisse des taux d’intérêt

Pour Cathie Wood, tous ces « signes que l’économie est très faible » mènent à la conclusion que la Fed devrait baisser les taux d’intérêt à nouveau, et ce dès 2023, car dans une économie en plein ralentissement, des taux d’intérêt élevés constituent un frein supplémentaire.

Une autre nouvelle pourra venir donner de l’eau à son moulin. Ce mercredi, le Bureau américain des statistiques a publié le taux d’inflation pour le mois de juillet. Il affiche 8,5%, soit déjà moins que les 9,1% observés en juin. Cette baisse de l’inflation, espérée depuis la dernière hausse des taux d’intérêt qui était identique à celle d’avant (0,75 point de pour cent), fera en sorte que plus d’un analyste pariera sur un ralentissement de la hausse des taux d’intérêt, avant une éventuelle chute de ceux-ci. Le chiffre de l’inflation du mois d’août (publié début septembre) pourrait renforcer cette attente. La Fed annoncera la prochaine mesure de politique monétaire fin septembre.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20