Ne dites plus variant britannique, sud-africain, brésilien ou indien mais Alpha, Beta, Gamma ou Delta

Depuis quelques mois, nous entendons les noms de toutes sortes de variants du coronavirus. Actuellement, pour les nommer, il faut choisir entre le pays où le variant a été découvert pour la première fois ou une notation scientifique compliquée. Toutefois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a maintenant décidé de donner à ces variants des noms plus simples et non discriminatoires.

Dans le passé, les épidémies ou les nouvelles maladies recevaient souvent des noms géographiques. On peut citer la grippe espagnole, la grippe de Hong Kong ou plus récemment le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient). En 2015, cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d’éviter d’utiliser de tels noms à l’avenir, car ils peuvent apparaître comme stigmatisants pour la population du pays qui leur est associé. En outre, il est souvent apparu rétrospectivement que le pays de dénomination n’est pas nécessairement le lieu d’origine. Par exemple, la grippe espagnole a très probablement trouvé son origine aux États-Unis, mais l’Espagne, en tant que pays neutre durant la Première Guerre mondiale, a été le premier pays à la signaler.

Ainsi, lorsque le nouveau coronavirus est apparu à Wuhan, en Chine, la recherche d’un nom non discriminatoire a été rapide. COVID-19 (COrona VIrus Disease 2019) a été choisi pour nommer la maladie causée par le virus SRAS-CoV-2. Ce nom a rapidement été repris dans le monde entier, à quelques exceptions près, comme Donald Trump qui a continué à parler du ‘virus chinois’ ou de ‘Kung Flu’.

Différents variants

Il en a été autrement lorsque les variants ont soudainement commencé à apparaître. Il y a d’abord eu le variant britannique, le sud-africain, puis le brésilien et récemment l’indien. Entre-temps, de nombreux autres variants possibles sont apparus, comme le breton et, depuis cette semaine, le vietnamien.

Si vous vouliez éviter les noms discriminants, vous étiez obligé de passer par le vocabulaire scientifique. Problème: il n’y a pas de consensus sur ce point. Le variant sud-africain est généralement appelée B.1.351, mais parfois aussi 501Y.V2 ou 20H/501Y.V2. Le britannique a le nom B.1.1.7, mais aussi VOC-202012/01.

Pas de dieux, d’oiseaux ou de ‘VOC’

L’OMS a donc cherché une solution, mais ce n’était pas facile. Au départ, on a envisagé des dieux grecs, des mots inventés ou des noms pseudo-classiques. Le problème est que beaucoup de ces mots sont déjà des noms de marque. La chute des ventes de la bière Corona l’année dernière montre que ce n’est pas une bonne idée.

Certains scientifiques avaient décidé d’utiliser eux-mêmes des noms d’oiseaux, mais ils craignaient que les gens ne commencent à accuser les oiseaux. De plus, certains noms d’oiseaux – comme Robin – sont également des prénoms et donc à nouveau discriminants. Ensuite, l’abréviation de ‘Variants of Concern’, suivie d’un numéro, a été introduite. Mais VOC1, VOC2, VOC3 … sonnent rapidement comme ‘fuck’.

Alphabet grec

Après des mois de discussion, il a finalement été décidé d’opter pour l’alphabet grec. Les variants britannique, sud-africain, brésilien et indien s’appellent désormais Alpha, Beta, Gamma et Delta.

De nouveaux variants majeurs viendront s’y ajouter à l’avenir. Six autres variantes font actuellement l’objet d’une surveillance par l’OMS.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20