Pourquoi plus nous vieillissons, moins nous dormons

Au fur et à mesure que l’homme vieillit, le cerveau est de moins en moins capable de percevoir  les signaux du corps qui l’avertissent d’un besoin de sommeil. C’est la raison pour laquelle les personnes âgées dorment sensiblement moins bien. Telle est la conclusion d’une équipe de scientifiques de l’Université de Californie sur base d’une étude réalisée sur un groupe de rats.Selon les chercheurs, la constatation de ce problème peut avoir des conséquences importantes. Ces conclusions offrent en effet la possibilité de mettre au point des thérapies et des médicaments pour traiter et résoudre ce problème.Certaines théories partent du principe qu’à un âge avancé, l’homme a besoin de moins de repos nocturne, explique le responsable de l’étude, Matthew Walker, professeur de psychologie à l’Université de Californie. « En réalité, force est de constater que le cerveau vieillissant n’est plus en état de percevoir les indices lancés par le corps. »

Processus de vieillissement

« C’est un peu comme une antenne radio dont le fonctionnement est faible. Le signal est là mais l’antenne ne peut pas le capter », explique Walker.Par conséquent, les personnes âgées risquent de manquer d’une partie importante du sommeil qui leur est nécessaire. Ces dernières années, les scientifiques ont découvert des liens de causalité entre un manque de cet état inconscient nécessaire et une foule de maladies telles que les affections cardiovasculaires, le diabète ou l’obésité. »Selon  Walker, cette étude peut servir à la mise au point de traitements adéquats.« Jusqu’à présent nous pensions que la privation de sommeil était une conséquence du vieillissement », explique le chercheur. « Nous pensons maintenant qu’un sommeil insuffisant peut être un facteur contribuant au vieillissement lui-même. »Cette constatation peut, selon Matthew Walker, contribuer au développement de thérapies destinées à lutter contre le vieillissement.Les chercheurs font remarquer que le processus de manque de sommeil débute vers la trentième année. Les septuagénaires n’ont pratiquement plus de sommeil profond de qualité.