Pour la première fois, Meta voit les revenus de Facebook s’essouffler

C’est une mauvaise période pour Meta, anciennement Facebook, et celle-ci ne semble pas prête de s’arrêter. Après une succession de coups durs pour son image alors que les révélations pleuvaient sur ses mécanismes addictifs sciemment mis en place, voilà que, pour la première fois, le géant des réseaux sociaux voit les bénéfices de sa compagnie-mère s’effriter.

Des pubs qui rapportent moins

Meta a annoncé un chiffre d’affaires de 28,8 milliards de dollars pour le dernier trimestre, soit une baisse de 1 % par rapport au trimestre précédent et sa première baisse de chiffre d’affaires en glissement annuel depuis son entrée en bourse en 2012 signale CNN. Le bénéfice net au cours du trimestre a diminué de 36 % en glissement annuel pour atteindre près de 6,7 milliards de dollars, un énorme revirement par rapport à l’année précédente où son bénéfice avait doublé.

La cause première de ce déclin est le cours de la publicité : Meta a fait état d’une baisse de 14 % en glissement annuel du prix moyen par annonce, la demande de campagne de publicité en ligne diminuant en raison du récent ralentissement économique.

Et une fanbase qui s’effrite

Mais le nombre d’utilisateurs actifs mensuels de l’application Facebook a également légèrement diminué par rapport au premier trimestre 2022, passant de 2,936 milliards à 2,934 milliards. Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes mercredi, le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré que cette baisse était attendue et l’a attribuée « aux blocages d’internet liés à la guerre en Ukraine. « Le nombre de personnes utilisant Facebook quotidiennement continue de croître » avance-t-il.

Les résultats de Meta font suite à des semaines de rapports selon lesquels la société reviendrait à un processus d’évaluation des performances plus strict et chercherait à augmenter la productivité des travailleurs, alors qu’elle cherche à surmonter une période de ralentissement de la croissance et de concurrence acharnée de la part de nouveaux rivaux tels que TikTok.

Plus de productivité, mais moins d’embauche

En outre, Meta n’est pas à l’abri des autres dangers qui planent sur l’économie, de la récession aux fluctuations boursières provoquées par les hausses des taux d’intérêt décidées par la banque centrale américaine. Zuckerberg a déclaré au début du mois que l’entreprise réduirait ses projets d’embauche d’ingénieurs d’au moins 30 % cette année, estimant devant des employés que « Cela pourrait être l’un des pires ralentissements que nous ayons connus dans l’histoire récente. »

Dans son rapport sur les résultats de mercredi, la société a déclaré qu’elle avait « réduit ses plans d’embauche et de croissance globale des dépenses cette année pour tenir compte de l’environnement opérationnel plus difficile, tout en continuant à orienter les ressources vers les priorités de l’entreprise ».

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20