La Fed décrète une nouvelle hausse historique des taux d’intérêts

Cette fois cela n’a surpris personne : sous les regards attentifs des économistes du monde entier, la Fed a annoncé une nouvelle hausse des taux d’intérêts de 75 points de pourcent. C’est la seconde hausse consécutive à être aussi élevée, et c’est la première fois que deux hausses de ce genre se suivent de près alors que le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, reste le tenant d’une ligne dure, dans laquelle la lutte contre l’inflation passe avant le confort des marchés. Mais le risque de récession se profile de plus en plus nettement à l’horizon.

Il s’agit déjà de la quatrième augmentation en cinq mois : le taux des fonds fédéraux, qui oriente tous les crédits de l’économie américaine, passera ainsi de 1,5 à 1,75 % à une fourchette située autour des 2,25 à 2,50 %. Certain prévoyaient plus radical encore.

« Les indicateurs récents des dépenses et de la production se sont assouplis », a rappelé la Fed dans un communiqué. « Néanmoins, les gains d’emplois ont été robustes ces derniers mois, et le taux de chômage est resté faible. L’inflation reste élevée, reflétant les déséquilibres de l’offre et de la demande liés à la pandémie, la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, et les pressions plus générales sur les prix. La guerre de la Russie contre l’Ukraine cause d’énormes difficultés humaines et économiques. »

« Un taux d’emploi maximum et une inflation de 2 % à long terme »

Dans ce contexte, la banque centrale estime que l’économie américaine reste relativement solide pour encaisser de nouvelles mesures drastiques: « Le Comité cherche à atteindre un taux d’emploi maximum et une inflation de 2 % à long terme » continue la Fed. À l’appui de ces objectifs, le Comité a décidé de porter la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à 2-1/4 à 2-1/2 pour cent et prévoit que des augmentations continues de la fourchette cible seront appropriées. En outre, le Comité continuera à réduire ses avoirs en titres du Trésor, en titres de créance d’agences et en titres adossés à des créances hypothécaires d’agences, comme décrit dans les plans de réduction de la taille du bilan de la Réserve fédérale publiés en mai. Le Comité est fermement déterminé à ramener l’inflation à son objectif de 2 %. »

Les bourses tiennent le coup, pour l’instant

Les actions et les obligations ont progressé au cours des semaines précédant cette hausse des taux prévue de longue date, au risque que les marchés ne subissent un tassement et un dur rappel à la réalité une fois que les bourses réagiront à cette nouvelle hausse des taux d’intérêts.

Les trois principales moyennes ont conservé leurs gains après que la Réserve fédérale a déclaré qu’elle allait augmenter les taux d’intérêt de 0,75 point de pourcentage. Le S&P 500 était en hausse d’environ 1,3 % peu après l’annonce de la banque centrale. Le Nasdaq Composite a gagné environ 2,4 %, et le Dow Jones Industrial Average a ajouté environ 70 points.

Et après ?

La question qui reste en suspens, c’est jusqu’à la Fed est prête à relever les taux d’intérêts. Mais la majorité des analystes estime que Powell voudra continuer tant que les effets de l’inflation ne s’atténueront pas, et qu’il défendra toujours ce point de vue lors des prochaines réunions.

Plus tôt dans la journée, Rick Rieder, de BlackRock, a déclaré qu’il s’attendait à ce que la Réserve fédérale augmente ses taux encore au moins deux fois après l’augmentation d’aujourd’hui, rapporte CBNC. « Je pense que les implications seront que vous allez à 50 en septembre, et ensuite je pense très franchement que les marchés seront arrivés à un point, qui je pense est le bon, et qu’ils vont peut-être rehausser à nouveau de 25 points et je pense que ça sera tout », a déclaré Rieder, directeur des investissements des revenus fixes mondiaux chez BlackRock.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20