Merck a développé une pilule Covid « qui réduira de moitié les hospitalisations et les décès »

Le géant pharmaceutique américain Merck a testé une pilule expérimentale contre le Covid-19 avec des résultats étonnants. La pilule réduirait de moitié le nombre d’hospitalisations et de décès chez les personnes récemment infectées par le coronavirus. La société cite un bond en avant potentiel dans la lutte mondiale contre la pandémie.

Merck soumettra la pilule à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour approbation dans les prochains jours. Si le médicament est approuvé, il pourrait être distribué rapidement. C’est une première absolue, car il n’existe aujourd’hui aucun médicament reconnu sur le marché sous forme de pilule qui puisse traiter le Covid-19. D’autres thérapies reconnues nécessitent elles une injection. Une pilule prise à domicile allégerait la pression sur les hôpitaux et pourrait également aider à lutter contre les épidémies dans les régions les plus pauvres et les plus reculées du monde, où les injections de vaccins restent problématiques.

« Cela nous permettrait de traiter beaucoup plus de personnes, beaucoup plus rapidement et beaucoup moins cher », a déclaré le virologue William Schaffner (Université Vanderbilt) dans une déclaration à l’Associated Press. Il n’a pas été impliqué dans la recherche.

Molnupiravir

Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutics ont déclaré que les premiers résultats montraient que les patients prenant le médicament molnupiravir étaient environ deux fois moins susceptibles d’être hospitalisés dans les cinq jours suivant le développement des symptômes de Covid-19. Il y a également deux fois moins de décès par rapport aux patients que patients ayant reçu un placebo.

L’étude a suivi 775 adultes non vaccinés atteints de Covid-19 léger à modéré, qui étaient considérés comme présentant un risque plus élevé de maladie grave. Des facteurs de comorbidité comme l’obésité, le diabète ou les maladies cardiaques. Cependant, les résultats n’ont pas été examinés par des experts externes, ce qui est la procédure habituelle pour tester de nouvelles recherches médicales.

Parmi les patients ayant reçu du molnupiravir, 7,3 pour cent avaient été hospitalisés ou étaient décédés après 30 jours, contre 14,1 pour cent pour les autres. Il n’y a eu aucun décès dans le groupe médicament après cette période, contre huit décès dans le groupe placebo, a déclaré Merck.

Huit comprimés par jour, de bons résultats intermédiaires

Les patients doivent prendre huit comprimés par jour pendant cinq jours. Dans l’étude Merck, des effets secondaires ont été signalés par les deux groupes, mais ils étaient légèrement plus fréquents dans le groupe ayant reçu un placebo. La société n’a pas précisé lesquels.

Un groupe indépendant d’experts médicaux chargé de surveiller l’essai a recommandé de l’interrompre prématurément, parce que les résultats intermédiaires étaient tellement bons. C’est le cas lorsque les premiers résultats montrent si clairement qu’un traitement fonctionne qu’il n’est pas nécessaire de procéder à d’autres tests avant de demander une autorisation.

Les dirigeants de l’entreprise ont déclaré qu’ils prévoyaient de soumettre les données à la FDA pour examen dans les prochains jours.

En janvier, Merck a arrêté de développer ses vaccins car les résultats de ses deux vaccins contre le coronavirus étaient de qualité médiocre. Le groupe s’est alors concentré sur le développement de deux médicaments. Remède miracle ou nouvelle chloroquine, il est encore trop tôt pour le dire.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20