Malgré toutes ses casseroles, la popularité de Trump auprès des Américains reste intacte

Malgré une liste croissante d’enquêtes judiciaires et d’allégations concernant des fraudes à grande échelle, ainsi que la violation des lois sur l’espionnage et la rétention de documents sensibles, la popularité de Donald Trump n’est pas affectée pour le moment. Si l’élection de 2020 se répétait, selon les derniers sondages, Biden recueillerait toujours plus de voix – mais la marge s’est réduite. En 2020, il était encore à 4,4 %, mais il est tombé entre 2 % et 3 %.

Lorsqu’on leur demande leur opinion sur Donald Trump, 43,1 % des Américains disent avoir une opinion favorable de l’ancien président et 53,2 % une opinion défavorable. Cela signifie que l’image de Trump s’est considérablement améliorée depuis janvier 2021, où les chiffres étaient respectivement de 38,8 % et 56,8 %.

La mauvaise nouvelle pour les républicains : c’est Trump ou rien

Dans un hypothétique match retour avec Biden, le président sortant – selon la moyenne de tous les sondages – obtiendrait 45 % des voix et Trump 42 %. Les indécis se chiffrent à 13 %. Si Trump devait affronter la vice-présidente Kamala Harris, il gagnerait facilement, du moins selon les sondages. Selon une enquête du Centre de politique américaine de l’Université de Harvard, il obtiendrait même 7 % d’avance.

La mauvaise nouvelle pour les républicains, c’est que sans Trump, cela ne semble pas fonctionner. Dans les sondages qui mettent en avant d’autres candidats, comme le gouverneur de Floride Ron DeSantis, Harris l’emporte bel et bien et Biden obtient beaucoup plus de voix.

Il est également notable que certaines des propositions politiques de Trump sont restées populaires. Par exemple, un sondage réalisé par le New York Times montre que la moitié des personnes interrogées sont favorables à la construction d’un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Et c’est aussi le cas de plus de 15 % de ceux qui ont déclaré qu’ils voteraient pour Biden en 2024. Et la majorité des répondants a déclaré qu’elle était plus d’accord avec le parti républicain qu’avec le parti démocrate en ce qui concerne l’immigration illégale.

Trump pourrait-il devenir président s’il est condamné ?

Plus frappant encore : 14 % des personnes interrogées dans ce sondage qui ont répondu que les actions de Trump après l’élection de 2020 constituaient une menace pour la démocratie ont déclaré qu’elles prévoyaient néanmoins de voter pour Trump.

Trump n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle américaine de 2024, mais on s’attend largement à ce qu’il le fasse dans les semaines à venir. Et même s’il devait être inculpé et condamné, les experts affirment qu’il ne serait pas automatiquement empêché d’exercer la présidence.

Après tout, la Constitution américaine n’interdit pas à un criminel condamné, même s’il est en prison, d’être président. Vous devez avoir 35 ans, être un citoyen de naissance et avoir vécu aux États-Unis pendant 14 ans pour vous présenter à l’élection. Ce sont là les seuls critères.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20