Malgré la récession, les grandes banques d’Asie embauchent à nouveau

DBS, la plus grande banque d’Asie du Sud-Est, Oversea-Chinese Banking Corporation (OCBC), basée à Singapour, et le géant Citigroup Inc. recrutent à nouveau des travailleurs au sein de leurs départements techniques, et cela malgré la récession économique actuelle.

Les banques les plus puissantes auraient-elles à nouveau le vent en poupe? Des chasseurs de têtes ont déclaré à Bloomberg que les institutions financières seraient actuellement en recherche active de codeurs spécialisés. Par cette approche, les compagnies entendent engager des concepteurs d’applications mobiles et des experts, capables de créer des systèmes qui génèrent du chiffre d’affaires et qui font progresser les banques sur la toile. ‘Au cours de ces derniers mois, en raison de la crise sanitaire, le secteur bancaire a gelé ses embauches’, a déclaré Bethan Howell, consultante basée à Hong Kong pour Selby Jennings, une entreprise de recruteurs dans le secteur financier. ‘Mais aujourd’hui, nous observons une forme de dégel, et cela en raison de la technologie qui crée des postes’, poursuit-elle. 

Ces nouveaux plans de recrutement laissent présager un futur prometteur aux travailleurs du secteur qui, en raison des effectifs réduits, sont actuellement sous pression. Le dégel de l’emploi souligne également l’importance que les banques accordent aux technologies et dans le fait d’y investir, les considérant comme une priorité, même en période de pandémie. Il est toutefois important de souligner que l’Asie, où se situe la majorité de ces banques, a amorcé sa première phase de déconfinement plus rapidement – que l’Europe, par exemple – permettant aux banques du continent d’intensifier leurs recrutements. Autre point important, la distanciation sociale a encouragé le développement d’applications et de services numériques comme les banques en ligne et le commerce des valeurs mobilières, et par conséquent la nécessité de renforcer la sécurité.

 2.000 emplois et un plan d’aide 

Dans le but d’améliorer l’efficacité de sa plateforme technique, la Development Bank of Singapore Limited (DBS) a récemment créé 360 emplois dans le secteur technique et numérique. Elle a également annoncé vouloir embaucher plus de 2.000 personnes supplémentaires cette année, les profils recherchés étant des spécialistes dans la détection de fraude et de conformité, ainsi que des concepteurs d’interfaces.

DBS projette également d’engager et de former davantage de personnes spécialisées dans l’intelligence artificielle et l’informatique dématérialisée (un terme générique qui désigne toutes les ressources informatiques, uniquement accessibles par Internet). Une partie du projet sera en effet consacrée à la réinsertion, car la banque entend engager des candidats et les former: ‘Nous voulons aider la nouvelle génération de diplômés dont les perspectives de carrière sont compromises, en raison de la pandémie’, a déclaré Shee Tse Koon, responsable de DBS. 

De son côté, l’OCBC prévoit également d’embaucher 3.000 personnes à Singapour cette année, pour favoriser la création d’emplois. Bien qu’elle n’ait pas révélé combien de candidats pourraient occuper des postes techniques, la banque recherche, entre autres, ‘des scientifiques, des analystes et des ingénieurs, ainsi que des développeurs et des personnes spécialisées dans les applications mobiles pour la sécurité de ses informations, a déclaré la banque dans un communiqué.

2.500 développeurs-codeurs

Citigroup, dont le siège est situé à New York, a quant à elle déclaré avoir créé 2.500 postes de codeurs. Cette année, la banque a décidé de prioriser les candidats basés en Asie, notamment à Shanghai et dans les villes indiennes de Pune et de Chennai. ‘Nous avons fait des progrès significatifs depuis le début de la crise. En réponse à ces changements, nous avons décidé de créer des emplois dans le secteur numérique’, poursuit la banque. 

Le développement des banques virtuelles à Hong Kong et à Singapour a poussé la concurrence à recruter de nouveaux talents. En parallèle, ‘la récession dans le secteur des nouvelles technologies (en raison de la crise sanitaire) a  fortement réduit les budgets des start-up, offrant alors la possibilité aux institutions financières de débaucher/engager de nouveaux talents’, a déclaré Neal Cross, ancien directeur de l’innovation chez DBS et co-fondateur de la fintech PictureWealth, basée à Perth. ‘Au départ, nous estimions qu’il était trop difficile de gérer des plateformes numériques, mais la situation, aujourd’hui, a évolué et on ne peut nier l’évidence’, a déclaré M. Cross.