Au Luxembourg, on prend des mesures décisives contre la hausse des prix de l’énergie

Plafond des prix sur le gaz et l’électricité, remboursement d’une probable indexation automatique aux entreprises… le gouvernement luxembourgeois présente un paquet de mesures contre les hausses du coût de la vie.

Après de longues heures de négociations (plus de 30 au total), la « tripartite » (composée du gouvernement, des syndicats et du patronat) est arrivée à un accord sur les mesures à prendre pour faire face à la crise de l’énergie et du coût de la vie mercredi, au Grand-duché du Luxembourg.

L’accord pèse 1,1 milliard d’euros, une somme historique pour nos voisins, selon RTL. L’accord doit maintenant être composé en projets de loi, pour être adopté ce vendredi par les ministres. Le Parlement devra ensuite valider le texte. Le Premier ministre libéral Xavier Bettel a présenté l’accord devant la Chambre : »Nous préservons le pouvoir d’achat et la compétitivité », résume-t-il dans la foulée. Voici ce que contient l’accord.

Énergie

  • Mesure la plus marquante et qui fait écho à l’actualité européenne : un plafonnement sur les prix du gaz. La hausse sera limitée à 15% par rapport au niveau de septembre. L’Etat compensera directement les clients. La mesure entre en vigueur dès le premier octobre, et restera en place jusque décembre 2023.
    • La mesure sera limitée aux ménages qui ont un flux horaire maximal de 65 mètres cube par heure.
    • En cas de hausse flamboyante sur le marché de gros, la facture pourrait s’avérer salée pour le gouvernement. Mais l’accord prévoit également de garder la dette publique en dessous de 30% du PIB (un chiffre très bas comparé à la Belgique, où elle devrait atteindre 116% en 2027).

  • Le prix de l’électricité est « stabilisé », et ce dès janvier et sur toute l’année 2023. Le niveau auquel les prix sont gelés est celui de 2022. La mesure s’appliquera aux ménages qui ont une consommation annuelle inférieure à 25.000 kWh.
    • En 2022, le prix de l’électricité a très fortement fluctué. Il n’est pas clair sur quel prix exact le gouvernement entend se baser.
    • Comme pour le gaz, il s’agit d’un mécanisme de compensation pour les clients, qui verront leur facture réduite.
    • Le pays ne pourrait que difficilement intervenir pour geler les prix sur le marché. Sur l’année 2020, le Grand-duché a produit 19% de l’électricité qu’il consomme, avec ses installations d’énergies renouvelables. Un record. Le reste est importé depuis l’étranger, Allemagne (environ 75%) et France notamment. Intervenir en cavalier seul sur un marché hyperconnecté, surtout pour un pays de 600.000 âmes, semble en tout cas être une solution impossible. Mais des discussions sont en cours à ce sujet, à échelle européenne.
    • Malgré cela, le Premier ministre entonne : « Nous avons préféré prendre le problème à la racine plutôt que de combattre les symptômes ». Pour attaquer la « racine » du problème, des aides pour le passage à un chauffage alternatif ou l’installation de panneaux solaires sont également prévues dans l’accord.

  • L’aide pour le mazout de chauffage est doublée, passant de 7,5 cents par litre à 15, de novembre 2022 à décembre 2023. Une consommation maximale n’est pas indiquée. Il s’agirait d’une remise directe sur la facture, pour les ménages.
    • En Belgique, il existe également des primes sur le chauffage, mais chez nous, il s’agit plutôt d’un versement unique.

Indexation automatique

Au printemps, la même tripartite avait convenu de reporter l’indexation automatique des salaires, de juillet à avril l’année prochaine. Le « saut d’index » n’a pas été répété dans le nouvel accord. En fonction des données de l’inflation des mois à venir, la prochaine indexation pourrait avoir lieu dans la première moitié de l’année 2023, estime-t-on. Il y aurait alors deux indexations en peu de temps.

L’index luxembourgeois fonctionne de la même manière que le « dépassement de l’indice-pivot » en Belgique. Le saut de l’index du début de l’année a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre dans notre pays. Le Luxembourg et la Belgique font partie des rares pays à indexer automatiquement les salaires. Les entreprises belges s’estiment lésées par cette mesure : elle est mauvaise pour la concurrence avec les pays voisins. Le débat revient régulièrement sur le devant de la scène.

Autre mesure luxembourgeoise concernant l’indexation : si une troisième devait tomber en 2023 (ce qui semble d’ores et déjà probable, selon l’institut des statistiques Statec), le gouvernement « compenserait entièrement l’impact sur les entreprises ».

Autres mesures

  • Sur l’année 2023, la TVA sera baissée de 100 points de base. Les différentes taxes passeront ainsi respectivement à 16, 13 et 8%. Dans l’accord, il est également prévu de répercuter cette baisse sur le consommateur.
  • Le salaire minimum sera augmenté. La hausse pourrait être de 3,3%.
  • Les ménages à revenu faible (et ceux qui se trouvent jusqu’à 25% au-dessus du seuil) pourront à nouveau profiter d’une aide allant jusque 400 euros, en 2023.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20