‘L’Union européenne et les États-Unis avancent à petits pas vers un mini accord commercial’

Le commissaire européen au commerce Phil Hogan et la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen lors d’une réunion à la Commission, le 8 janvier. (EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ)

L’Union européenne et les États-Unis avancent lentement et à petits pas vers un ‘mini’ accord commercial, a déclaré vendredi le commissaire européen au commerce, Phil Hogan, qui se rendra à Washington plus tard ce mois-ci.

Ça a le mérite d’être clair: la remise sur pied des relations économiques (tendues) entre l’UE et les États-Unis est une priorité absolue pour Phil Hogan. Les fonctionnaires européens ont ainsi évoqué la possibilité de négocier un ‘mini accord’ avec les États-Unis. Une de leurs motivations? Les Américains ont menacé d’imposer des droits de douane sur les voitures à l’Union européenne si aucun accord commercial n’était conclu.

‘Nous avançons lentement et à petits pas vers un ‘mini accord’. Je serai à Washington DC la semaine prochaine et j’espère que nous ferons alors de nouveaux progrès’, a déclaré Hogan, faisant référence à un discours qu’il doit prononcer à l’université de Georgetown le 17 mars, indique l’agence Reuters.

‘Il y a actuellement une dynamique pour que les deux parties examinent un nouvel accord possible sur les questions commerciales’, a-t-il assuré. ‘J’ai bon espoir que ce discours puisse servir de catalyseur pour de nouvelles actions et une collaboration mondiale, en particulier de l’autre côté de l’Atlantique.’ On ignore cependant si le commissaire européen au commerce rencontrera son homologue américain, Robert Lighthizer.

Remaniement de l’OMC

Phil Hogan également indiqué que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) devait être ‘profondément remaniée’ et ‘ne pas se contenter d’un simple ajustement à la marge’.

L’UE, la Chine et 15 autres membres de l’OMC avaient convenu en janvier de créer un mécanisme temporaire pour régler les différends commerciaux. Une réponse au blocage de la nomination de juges du commerce par les États-Unis qui avait privé l’OMC de mécanisme pour arbitrer le commerce mondial. Phil Hogan ne nie pourtant pas les accusations outre-Atlantiques. ‘Nous sommes d’accord avec de nombreuses critiques américaines à l’égard de l’OMC, maintenant nous devons trouver un terrain d’entente sur les solutions’, a-t-il déclaré.

Il se rendra également au Canada le 18 mai pour une réunion du ‘groupe d’Ottawa’ comportant 13 membres de l’OMC afin de dégager un consensus sur la réforme de l’organisation.

Lire aussi: