Premières actions : Lula modifie la loi brésilienne sur les armes à feu et lutte contre la déforestation illégale Amazonie

Le nouveau président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, affirme qu’il fera table rase de l’héritage de son prédécesseur Jair Bolsonaro en renforçant la législation sur les armes à feu et en mettant fin à la destruction de la forêt amazonienne.

Pourquoi est-ce important ?

Les projets du gouvernement Lula contrastent fortement avec ceux de l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro, dont les quatre années de présidence ont été marquées par une moindre protection de l'environnement dans la forêt amazonienne et une forte augmentation du nombre de propriétaires d'armes à feu enregistrés.

La nouvelle politique des armes à feu : Après son investiture dimanche dernier, le nouveau président a annulé un décret qui facilitait l’achat d’armes à feu par les Brésiliens.

  • Lula a également suspendu l’émission de nouveaux permis de port d’armes, a rendu obligatoire la réévaluation des permis de port d’armes de tous les propriétaires d’armes dans un délai de 60 jours et a introduit dans la loi fédérale une limite de trois armes par foyer.
  • Le nombre de propriétaires d’armes enregistrés au Brésil a été multiplié par six depuis que Bolsonaro a commencé à assouplir les lois sur les armes à feu en 2019, pour atteindre environ 670.000 individus. Le pays compte actuellement le plus grand nombre de décès par arme à feu au monde, plus qu’aux États-Unis.

Protection de l’environnement : Lula a aussi rétabli l’autorité de l’agence nationale de protection de l’environnement Ibama, qui avait été affaiblie par Bolsonaro, pour lutter contre la déforestation illégale dans le pays.

  • « Il n’y a pas de sécurité climatique pour le monde sans une Amazonie protégée », a-t-il déclaré lors de la conférence sur le climat COP27 en novembre. Il a ajouté que le Brésil « fera tout ce qu’il faut pour réduire à zéro la déforestation et la dégradation de ses biomes ».
  • M. Lula a affirmé que la « criminalité environnementale » avait augmenté de « manière choquante » sous le gouvernement précédent, et a déclaré qu’il renforcerait les organes chargés de sanctionner les activités illégales, notamment l’extraction d’or, l’exploitation forestière et l’agriculture.
  • Il a également annoncé que le Brésil allait créer un ministère des peuples indigènes, « afin que les personnes les plus touchées par ces problèmes aient leur propre voix ».

Le contexte : La déforestation de la forêt amazonienne brésilienne a atteint un nouveau record négatif cette année : entre janvier 2022 et juillet de la même année, une superficie équivalente à cinq fois la taille de New York a été détruite.

  • C’est ce que révèlent les images satellites prises par l’institut spatial brésilien INPE.
  • Les organisations environnementales du monde entier ont averti que la déforestation de l’Amazonie brésilienne a presque atteint un point de non-retour, une situation qui s’est aggravée sous l’ancien président Jair Bolsonaro – qui a fui le pays sud-américain la queue entre les jambes.
  • Ces dernières années, ce dernier a fait pression pour que davantage de projets de développement minier et industriel soient menés dans la forêt, car ils permettraient de dynamiser l’économie du pays.

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20