L’Ukraine fait un (petit) pas de plus vers l’UE: elle va lui vendre son électricité, de quoi récolter 1,5 milliard d’euros par an

L’Ukraine a obtenu cette semaine le droit d’écouler son électricité sur le marché européen. De quoi la rapprocher un peu plus de l’UE.

Cette semaine, l’Ukraine a obtenu le feu vert de la part du Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSO-E), une alliance qui regroupe les gestionnaires de réseau de transport de toute l’Union européenne et qui s’étend même au-delà (Royaume-Uni, Norvège, Suisse, Albanie…).

Cela signifie que le pays va désormais pouvoir vendre son électricité sur le marché européen. Dans un premier temps, elle en écoulera vers la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne, les quatre pays membres de l’ENTSO-E (et de l’UE) avec lesquels elle partage une frontière.

Environ la moitié de l’électricité ukrainienne est issue du nucléaire. Depuis quelques semaines, la deuxième source est l’énergie hydraulique, puis vient le charbon.

La production d’électricité de l’Ukraine ces derniers mois. (IEA)

Solidarité

« Je me félicite de la décision des GRT européens d’ouvrir le commerce de l’électricité avec l’Ukraine, suite à la synchronisation d’urgence réussie en mars », a déclaré la commissaire européenne à l’Énergie Kadri Simson, citée par Euractiv. « Le processus sera progressif et se fera dans des conditions claires convenues avec nos partenaires ukrainiens, afin que la sécurité énergétique de la région soit assurée. »

En outre, elle a signalé que ce feu vert s’assimilait à un « signe tangible » de la solidarité de l’UE avec l’Ukraine, saluant une « étape importante » dans l’intégration du secteur électrique ukrainien au marché européen de l’électricité.

Jusqu’à présent, le réseau électrique ukrainien était couplé à ceux de la Russie et de la Biélorussie. Depuis l’annexion de la Crimée en 2014, Kiev travaillait à s’en défaire pour se tourner vers l’Europe. Le déclenchement de la guerre en février dernier a précipité les choses, poussant l’Ukraine à entrer une demande en mars, soit deux ans et demi plus tôt que ce qui était initialement prévu.

« D’ici la fin de l’année, dans des circonstances normales, nous serons en mesure de gagner environ 1,5 milliard d’euros », a annoncé Lana Zerkal, conseillère au ministère ukrainien de l’Energie.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20