L’UE ne veut plus dépendre de l’OMS pour les urgences sanitaires

Commissaire européenne à la Santé et à la Sécurité alimentaire Stella KYRIAKIDES. (Photo: Dursun Aydemir / Piscine / Isopix)

L’UE ne veut plus dépendre de l’Organisation mondiale de la santé pour déclarer une urgence sanitaire.

Alors que les États-Unis préparent leur retour à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) promus par le président élu Biden, l’UE ne veut plus attendre l’OMS pour déclarer une urgence sanitaire.

L’UE-27 veut parvenir à une meilleure coordination sur les épidémies. Cela devrait leur permettre de réagir plus rapidement à l’avenir. C’est le seul moyen de garantir que les produits (masques, réactifs pour les tests…) et médicaments nécessaires pour lutter contre une épidémie puissent être achetés plus rapidement.

Selon la commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides (photo), les citoyens de l’UE attendent un rôle plus actif de l’Union en temps de crise. ‘L’Union doit être mieux préparée aux menaces communes pour la santé publique.’

C’est pourquoi un centre d’urgence pour les crises sanitaires devrait être créé au sein de l’UE, a déclaré le commissaire européen. Le mandat du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et de l’Agence européenne des médicaments (EMA) devrait également être étendu.

Le financement des projets reste un problème

Le forum annuel de l’OMS aura également lieu cette semaine. En raison de la pandémie, bien sûr, il s’agira d’un événement virtuel. Mercredi, une intervention étonnante de Björn Kümmel, un représentant du ministère allemand de la Santé, a été remarquée. L’Allemagne assume actuellement la présidence tournante de l’UE.

Kümmel: ‘Année après année, nous sommes confrontés à des programmes spécifiques qui ne reçoivent pas de financement adéquat. Le problème du financement n’est pas correctement traité.’

Il y a aussi des critiques émanant du Parlement européen. Un député européen allemand ne critique pas seulement le financement insuffisant des projets sanitaires. Il a aussi réitéré la critique très entendue outre-Atlantique selon laquelle l’UE a été guidée sur la pandémie du Covid-19 par une OMS, ‘qui n’a pas pu résister à la pression politique de la Chine et qui a par conséquent annoncé la pandémie beaucoup trop tard’.

Une certaine concurrence profiterait à l’OMS

Mais l’OMS peut également compter sur des sympathisants. Certains experts estiment que l’OMS est ‘utilisée comme bouc émissaire’ par de nombreux pays pour masquer leurs propres échecs.

Selon David P. Fidler, avocat au US Council of Foreign Relations, ‘l’OMS n’a en aucun cas le monopole de la déclaration d’une pandémie’. En outre, il considérerait comme une bonne chose que l’UE prenne la tête de ces questions. Cela obligerait l’OMS à agir plus rapidement. ‘Une certaine concurrence ne nuirait pas à l’OMS’, a déclaré Fidler à la chaîne française BFM Business. ‘Le champ d’action de l’UE irait de ce fait bien au-delà de ses 27 États membres.’