L’OTAN veut équiper ses tanks de panneaux solaires: une initiative écologique… qui a aussi des fins stratégiques

Foto: Isopix

Lors d’un séminaire organisé afin de dégager de nouveaux projets pour l’avenir de l’OTAN, la désormais inévitable question écologique a été mise sur la table. Parmi les idées avancées pour rendre son armée plus verte, l’organisation politico-militaire songe à placer des panneaux solaires sur ses chars.

Dans la course mondiale à la neutralité carbone, l’OTAN tient également à prendre ses responsabilités. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’organisation, lors d’un séminaire en ligne intitulé New Ideas for Nato 2030.

L’OTAN veut rendre ses chars et avions à réaction moins polluants. Et donc moins dépendants des combustibles fossiles, relève The National. Dès lors, l’Alliance atlantique planche sur des alternatives plus vertes.

‘L’OTAN devrait faire sa part pour examiner comment nous pouvons réduire les émissions des opérations militaires. Nous savons que les chars de combat lourds ou les avions de chasse et les navires de guerre consomment beaucoup de combustibles fossiles et émettent des gaz à effet de serre, et nous devons donc examiner comment réduire ces émissions par des combustibles alternatifs, des panneaux solaires ou d’autres moyens de mener à bien nos missions’, a déclaré Jens Stoltenberg.

Atout stratégique

En rendant son armée plus écologique, l’OTAN pourrait également réaliser un beau coup sur le plan stratégique. En rendant (une partie de) ses véhicules autonomes en énergie, elle ferait d’une pierre deux coups, minimisant les risques de problème d’approvisionnement.

‘Nous savons que l’une des vulnérabilités de toute opération militaire est l’approvisionnement en combustibles fossiles le long des lignes d’approvisionnement vulnérables… Donc si nous pouvons nous rendre moins dépendants de cela, nous réduisons les émissions, mais en même temps nous augmentons l’efficacité militaire’, a ajouté Stoltenberg.

‘Le changement climatique affecte notre sécurité et rend plus difficile pour nos forces militaires de nous protéger. Nous avons donc tous la responsabilité de faire plus pour lutter contre le changement climatique, c’est pourquoi nous cherchons à jouer notre rôle pour atteindre le point zéro’, a-t-il conclu.