Lords of the Metaverse : pourquoi donc Microsoft avale à nouveau un mastodonte du jeu vidéo

69 milliards de dollars. En espèces. C’est ce que Satya Nadella, le patron de Microsoft, avait en tête pour Activision-Bizzard, le fabricant de jeux hyper populaires comme Candy Crush, Call of Duty ou encore World of Warcraft. Cela fait de Microsoft la troisième entreprise de jeux vidéo au monde, après Tencent et Sony. La course au métavers est maintenant lancée. On peut donc s’attendre à des achats encore plus spectaculaires de la part des « seigneurs du Metaverse », ces entreprises qui veulent dominer ce nouveau monde virtuel.

Microsoft est déjà un acteur important sur le marché des jeux vidéo

Microsoft, qui gagne son argent principalement grâce aux services cloud fournis aux entreprises, devient de plus en plus un acteur sur le marché domestique. L’entreprise était déjà très active avec la X-box, et malgré les problèmes de livraison rencontrés par tous les grands fabricants, les ventes ont continué à augmenter fortement ces dernières années.

Les ventes trimestrielles de Microsoft dans le domaine des « jeux ».

3 milliards de joueurs comme groupe cible

L’achat d’Activision-Blizzard ne créera pas seulement des synergies avec les marques existantes de Microsoft, mais ouvrira bien sûr un tout nouveau monde de joueurs qui sont fans de World of Warcraft, ou Candy Crush, pour ne citer qu’eux. Le marché des jeux vidéo est gigantesque. Aujourd’hui, il y aurait 3 milliards de joueurs actifs dans le monde, ce qui laisse une certaine marge de progression.

69 milliards de dollars de cash pour 8 milliards de dollars de revenus

Microsoft Corp. a annoncé son intention d’acquérir Activision Blizzard Inc. Le nouveau portefeuille impressionnant de Microsoft.

Le prix est bien sûr exorbitant par rapport à tous les standards. Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, Microsoft a trop de liquidités. Fin 2021, elles dépassaient légèrement le montant hallucinant de 130 milliards de dollars, un vrai problème de luxe pour Microsoft et toutes les grandes entreprises technologiques qui cherchent la meilleure façon de dépenser leurs liquidités. D’autre part, cet achat s’inscrit dans la plus grande bataille titanesque de la prochaine décennie : la guerre pour le métavers.

Le Métavers comme modèle économique

Nous serons inondés de rapports et de pubs sur le métavers au cours des prochaines années. Le patron de Meta – Meta est le nouveau nom de Facebook – Marc Zuckerberg appelle à un environnement virtuel où l’on peut être présent « des gens » dans un espace numérique. Par « des gens », l’homme entend votre moi virtuel, votre avatar, que vous pouvez habiller et décorer à votre guise, avec lequel vous pouvez participer à des réunions et, bien sûr, avec lequel vous pouvez « jouer ».

Selon lui, les revenus pour financer ce monde seront triples : les inévitables publicités, qui seront faites sur mesure, car vos données personnelles serviront à la revente. Les recettes des commerces électroniques où les entreprises vendront des produits numériques sous forme de NFT, mais aussi des vêtements, des baskets et des gadgets virtuels.

La troisième source de revenus sera la vente de matériel sous la forme de lunettes de « réalité virtuelle », qui permettront d’accéder au monde en 3D.

Le combat de rue virtuel sans gants de boxe
Aujourd’hui, il semble que 5 grands garçons se lancent dans l’arène avec un objectif principal : le gagnant sera en mesure de définir la norme ou du moins d’être à la table lorsqu’elle sera définie, contrôlant ainsi l’écosystème.

Voici les 5 premiers challengers

Challenger 1 : Marc Zuckerberg avec Meta

L’établissement de cette nouvelle norme est une raison majeure pour laquelle Facebook accélère le déploiement du métavers. En ce qui concerne l’internet mobile, Facebook a toujours été dépendant d’Apple et de Google principalement et n’a pas été maître de son destin. Qui ne se souvient pas des modifications apportées par Apple à ses règles de confidentialité, qui ont mis en péril le modèle publicitaire de Facebook ?

Meta est à la recherche de 10 000 ingénieurs aujourd’hui. Ils doivent participer à la construction du projet. Actuellement, 10 000 employés de la filiale Realty Labs travaillent déjà sur le métavers « Horizon Worlds » et sur les lunettes VR Meta Quest 2. Avec 3,6 milliards d’utilisateurs via ses médias sociaux, Meta est en pole position.

Challenger 2 : Satya Nadella avec Microsoft

Nous avons mentionné plus haut que les jeux seront un pilier majeur du métavers, mais Microsoft a manifestement un joker bien plus gros dans sa manche. Avec 250 millions d’utilisateurs pour Teams, l’entreprise est également dans une position désirable pour façonner le « métavers d’entreprise » dans lequel nous nous rencontrerons et travaillerons en réseau.

Challenger 3 : Jensen Huang avec Nvidia

Ce gigaproducteur de processeurs graphiques – sa valeur boursière approche également les 800 milliards de dollars – mise sur l’omnivers. Grâce à ses capacités industrielles, Nvidia mise aujourd’hui sur un métavers qui rassemble des ingénieurs, des créatifs et des développeurs de produits pour fabriquer des objets virtuels.

Challenger 4 : Tim Sweeney de Epic

Epic Games – propriétaire de Fortnite – est un autre street fighter qui peut jouer un gros rôle et qui dispose d’un atout. Ils possèdent l’application phare « Unreal Engine », une plateforme qui permet à leurs propres développeurs, ainsi qu’à d’autres, de créer des expériences en 3D telles que des films, des modèles architecturaux, et bien sûr des jeux vidéo.

Challenger 5 : Pony Ma de Tencent

Ce géant chinois a en fait déjà un métavers, mais en 2D. Avec sa WeChat Superapp, qui peut tout faire, des jeux aux paiements, Tencent est également sur le point d’offrir à ses 1,25 milliard d’utilisateurs la même expérience, mais en 3D.

D’autres joueurs seront bientôt ajoutés à cette liste. Nous pensons, bien sûr, à Tim Cook d’Apple, mais aussi aux propriétaires de sociétés de télécommunications et de sociétés de jeux comme Roblox. Eux aussi sortiront leurs armes virtuelles pour affronter ce combat de rue.

Pas de place pour la communauté

Ceux qui caressent l’illusion que le fameux Web3 – le monde virtuel décentralisé basé sur la technologie blockchain – sera dirigé par la communauté elle-même et non par les techtards, découvriront dans quelques années que l’argent parle et qu’il est impossible de résister à cette violence.

Tout comme l’internet mobile était entre les mains de grandes entreprises technologiques comme Facebook, Apple et Google, le métavers sera également contrôlé par quelques très grands acteurs. Et la probabilité que les mêmes empereurs continuent à jouer le rôle principal est pratiquement de 100%.

Qu’est-ce qui pourrait mal tourner cette fois-ci en donnant notre moi virtuel à ces mastodontes ? L’internet mobile fonctionnait déjà si bien – si on laisse de côté un instant le mépris de la vie privée, les addictions aux jeux, la création d’une fausse image de soi chez de nombreux jeunes et les fake news. Rien, n’est-ce pas ?


L’auteur Xavier Verellen est PDG de la scale up QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise une solution pour servir les vins à la température idéale dans le monde entier. ( www.qelviq.com )

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20