Londres peut éviter le black-out en achetant de l’électricité belge pour plus de 10.000€ par mégawattheure

Le Royaume-Uni (RU) a évité de justesse de laisser certains quartiers de Londres sans électricité la semaine dernière. Le pays a pu éviter un black-out en achetant de l’énergie belge. Le prix est élevé : 9.724,54 livres sterling, soit 11.460 euros, par mégawattheure.

En raison de la guerre en Ukraine, l’Europe est confrontée à une énorme crise énergétique. Ces dernières semaines, diverses entreprises énergétiques et des hommes politiques européens ont appelé à réaliser des économies d’énergie partout où cela était possible. On craint qu’un hiver rigoureux n’exerce une pression énorme sur les approvisionnements en énergie.

Mais même sans un hiver rigoureux, l’approvisionnement en énergie n’est pas garanti. La semaine dernière, par exemple, le Royaume-Uni a évité de justesse un black-out dans plusieurs quartiers de Londres. Le 20 juillet, la demande d’électricité avait augmenté si fortement que la partie orientale de la capitale britannique a été brièvement menacée de pénuries. C’est ce qu’écrit l’agence de presse américaine Bloomberg. Il faisait très chaud ce jour-là, ce qui a sans doute incité de nombreuses familles à allumer leur climatisation.

Plus de 10.000 euros

Pour éviter que les lumières ne s’éteignent, le Royaume-Uni a frappé à la porte de la Belgique. Notre pays a accepté de fournir de l’énergie supplémentaire à son voisin éloigné. Toutefois, le prix à payer était élevé : 9.724,54 livres sterling, soit 11.460 euros, par mégawattheure. C’était 5.000% de plus que le prix normal. Cette transaction a été rendue possible par le Nemo Link, un câble sous-marin à haute tension à courant continu entre Richborough dans le Kent, au Royaume-Uni, et le Herdersbrug à Bruges.

La quantité réelle d’électricité achetée à ce prix record était minuscule : elle ne permettrait d’alimenter que huit foyers pendant un an. Davantage d’électricité a été achetée à des prix légèrement inférieurs.

Cependant, les paiements en faveur de notre pays montrent à quel point le Royaume-Uni était désespéré : pendant environ 60 minutes, l’achat par le canal était la seule option pour maintenir le système en équilibre. « Si la Belgique n’avait pas aidé le Royaume-Uni, le réseau aurait été obligé de recourir à la gestion de la demande et de déconnecter les foyers du réseau électrique », déclare un porte-parole du réseau énergétique britannique.

Pourquoi le Royaume-Uni lui-même ne pourrait-il pas envoyer du courant à Londres ?

Dans une situation normale, le Royaume-Uni lui-même veillerait à ce que les habitants de la capitale reçoivent suffisamment d’énergie. Londres pourrait même importer de l’électricité supplémentaire d’Écosse, où les parcs éoliens produisent plus d’énergie que jamais. Le problème est que le Royaume-Uni et le reste des nations industrialisées n’investissent pas suffisamment dans leurs réseaux électriques, ce qui rend le système vulnérable, note le Bloomberg.

Les données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) montrent que le monde investit chaque année 300 milliards de dollars dans les réseaux électriques. Ce montant d’investissement a à peine changé depuis 2015, au moment même où le besoin de tels investissements est plus important à mesure que l’économie mondiale devient de plus en plus électrisée.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20