La solidarité européenne a ses limites : la proposition de la Commission de réduire de 15% la consommation de gaz n’est pas du goût de tous les États membres

Le ton a changé en Europe. Après les intentions, place à la réalité. Se priver du gaz russe est une chose, en assumer les conséquences en est une autre. L'Europe se fragmente sur la question de la baisse de la consommation.

L'Union européenne veut réduire ses importations de gaz russe de deux tiers d'ici la fin de l'année. Un objectif ambitieux qui oblige les États membres à trouver d'autres sources d'approvisionnement, mais aussi à remplir leurs stocks stratégiques le plus rapi

Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20