“Londres est devenue le terrain de jeux des super-riches du monde”

« Il semblerait que la saison londonienne des voitures de luxe, qui démarre habituellement en juillet, ait commencé plus tôt cette année », spécule Tom Sykes dans The Daily Beast. Récemment, une série de « quatre voitures de sport extrêmement puissantes et plaquées or » a été aperçue transportant le jeune milliardaire saoudien Tourki ben Abdallah et ses proches dans les quartiers de Kensington et Chelsea. C’est maintenant une tradition des Arabes du Golfe ultra-riches que de parader dans leurs voitures coûteuses et customisées à Londres durant l’été ; un phénomène parfois appelé le « Ramadan Rush », littéralement, la « Ruée du Ramadan ».

Sachant que l’acheminement de ces voitures par avion coûte environ $30 000 par véhicule (environ 26.600 euros), les quelques contraventions que ben Abdallah a pu ramasser pour défaut d’affichage des tickets de stationnement « ne sont probablement pas très gênantes pour leur propriétaire ». Ce qui est important, c’est de faire sensation. Et, comme un observateur l’a fait remarquer, « cette armada a placé la barre haut pour 2016 ».

Dernièrement, la capitale a aussi été le théâtre du deuxième round du mariage à 1 milliard de dollars de Said Goutseriev, rapporte Bryony Gordon dans le Daily Telegraph. Le père de Said, Mikhail, l’oligarque du pétrole kazakhe connu sous le nom de « Roi du Bling », a payé l’addition – qui comprenait une robe de mariage à 18 000 livres (environ 23.000 euros) et un gâteau à 9 étages. Durant la première partie de la célébration qui s’est déroulée à Moscou, Sting et Jennifer Lopez on donné des concerts privés ; selon les rumeurs, Elton John et Beyoncé ont assuré le show pour la deuxième partie dans un endroit secret de Londres.

Plus aucune décence

« Londres est devenue l’endroit où il faut être pour les super-riches étrangers qui veulent afficher de façon ostentatoire, pour ne pas dire obscène, leur consommation tapageuse », affirme Richard Littlejohn dans le Daily Mail. Les quartiers les plus prestigieux de la ville, auparavant « terrains de chasse » de la noblesse terrienne, sont maintenant prisés des magnats étrangers « douteux » russes, chinois, ou nigérians.

Le journaliste déplore que le Royaume-Uni « ait abandonné tout vestige de décence et de principe pour attirer l’argent de ces étrangers ». « Les riches ont toujours été parmi nous, mais le gouffre entre les ultra-riches et le commun des mortels n’a jamais été si grand. Au moins, les anciennes classes fortunées britanniques maintenaient une certaine retenue ; elles n’exhibaient pas leur argent comme le font ces étrangers », regrette-t-il.