L’OMS: ‘N’allez chez le dentiste qu’en cas d’urgence’

Si cela ne tenait qu’à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tous les patients devraient reporter leur visite chez le dentiste jusqu’à la fin de la pandémie. ‘À moins que vous n’ayez une infection ou que vous saigniez tellement que cela ne s’arrête pas’, déclare l’organisation.  

Enfant, on nous a appris que l’on devait se rendre chez le dentiste chaque année pour faire vérifier nos dents. Mais l’OMS nous permet désormais de contourner cette règle. D’après l’organisation, nous devrions tous reporter nos visites chez le dentiste, cela ‘jusqu’à ce que le nombre d’infections diminue de manière significative’.

Pourquoi? Les dentistes seraient particulièrement exposés au Covid-19. En se tenant au-dessus de votre bouche pendant une heure et en faisant toutes sortes de petites manipulations, ils déplacent des particules et risquent de contracter le virus. Le Covid-19 se propage en effet plus facilement par les yeux ou par le nez.

Des conférences vidéo

‘Vous pouvez bien évidemment vous rendre chez le dentiste en cas d’urgence (…. ) donc en cas d’infections buccales, de saignements qui ne s’arrêtent pas ou de douleurs terribles que les médicaments ne peuvent atténuer’, tempère toutefois l’OMS. 

L’organisation recommande aux dentistes de travailler autant que possible par vidéo-conférences pour conseiller leurs patients. Lorsque l’urgence l’exige, l’OMS conseille aux dentistes de dépister les symptômes éventuels des patients mais de se tenir à au moins 1,5 mètre du reste du personnel et enfin, de travailler dans une pièce bien ventilée. Les dentistes doivent également toujours porter un masque, ce que la majorité d’entre eux fait déjà en temps normal. 

Consternation aux Pays-Bas

L’avis de l’OMS suscite la consternation aux Pays-Bas. Le gouvernement avait en effet défini un plan avec des règles spécifiques pour permettre la réouverture des cabinets dentaires, tout comme en Belgique. Cela se fait avec beaucoup de précautions et un suivi strict. Dans ces circonstances, les dentistes, bien que leur capacité soit réduite, peuvent continuer à offrir des soins bucco-dentaires non urgents.

Mais cette déclaration de l’OMS vient tout remettre en cause.