L’Occident envisage de se passer totalement de pétrole russe : les bourses s’effondrent et le taux du brut s’enflamme

Les États-Unis envisagent des sanctions encore plus sévères à l’encontre de la Russie si les accusations de crimes de guerre à l’encontre de civils ukrainiens venaient à se confirmer. Le pétrole russe subirait une véritable embargo. Conséquences : les prix s’envolent et Washington tenterait déjà de se réconcilier avec le Venezuela et ses gisements pétrolifères.

La situation semble encore empirer ces derniers jours en Ukraine, et des rapports font état de moins en moins de retenue de la part de l’armée russe dans ses bombardements. La Cour pénale internationale a déclaré la semaine dernière qu’elle allait immédiatement ouvrir une enquête sur d’éventuels crimes de guerre alors que des civils, parfois en train d’évacuer les villes assiégées, ont subi des tirs d’artillerie et de mortiers. Une enquête que les États-Unis et leurs alliés vont suivre de près, et qui ouvre la porte à d’éventuelles nouvelles sanctions à l’égard de la Russie.

Embargo sur le pétrole russe ?

Ce dimanche, le secrétaire d’État des États-Unis Anthony Blinken a évoqué la possibilité d’arrêter toute importation de pétrole venu de Russie en réaction à ces exactions – si celles-ci se confirment.

« En ce qui concerne le pétrole, le pétrole russe, j’étais au téléphone hier avec le président et d’autres membres du cabinet sur ce sujet précis, et nous sommes en train de discuter avec nos partenaires et alliés européens pour examiner de manière coordonnée la perspective d’interdire l’importation de pétrole russe tout en veillant à ce qu’il y ait toujours un approvisionnement approprié en pétrole sur les marchés mondiaux », a lâché M. Blinken.

Une annonce qui a eu des conséquences immédiates : le prix du pétrole a atteint un maximum historique avec un baril de Brent qui frôle les 140 dollars, du jamais vu depuis 13 ans selon CNBC, tandis que les marchés boursiers commençaient la semaine en berne.

Les bourses en berne

En Asie, l’indice Hang Seng de Hong Kong (HSI) a perdu jusqu’à 5 % dans les échanges matinaux. Il était en baisse de 3,4 %, en passe d’enregistrer sa pire chute quotidienne en sept mois. L’indice Nikkei 225 (N225) du Japon a chuté de 3,6 %. Le Kospi de la Corée du Sud (KOSPI) a chuté de 2,5 %. L’indice chinois Shanghai Composite (SHCOMP) a perdu 1 %.

Sur le marché américain, les contrats à terme sur le Dow Jones ont perdu 450 points, soit 1,3 %. Les contrats à terme du S&P 500 et du Nasdaq ont baissé de 1,6 % et de 2 % respectivement. De mauvais résultats qui laissent planer la menace d’une inflation de plus en plus grave pour l’économie mondiale.

L’administration américaine veut toutefois rester prudente sur ces accusations de crimes de guerre, alors que le président ukrainien durcit le ton, assurant que son pays n’oublierait jamais l’ampleur de l’agression commise par la Russie de Vladimir Poutine. « Ce que nous faisons en ce moment, c’est documenter tout cela, le rassembler, l’examiner et nous assurer que les personnes et les organisations et institutions appropriées enquêtent pour savoir si des crimes de guerre ont été ou sont en train d’être commis, et que nous pouvons soutenir leur travail », a nuancé Blinken. « Donc, pour l’instant, nous examinons ces rapports. Ils sont très crédibles et nous documentons tout. »

En quête d’autres sources d’or noir

Si une forme d’embargo devait être mise en place sur le pétrole russe, les Américains devraient aussi s’assure de trouver des sources d’approvisionnement alternatives, au risque de voir aussi le camp occidental impacté par de telles sanctions. Une situation qui pourrait, contre toute attente, réchauffer les relations entre les États-Unis et le Venezuela : des envoyés américains auraient, selon le Washington Post, rencontré des représentants du régime de Caracas. Le quotidien évoque une main tendue de la part de l’administration Biden en vue d’alléger les sanctions pétrolières contre ce pays afin de tempérer les prix du pétrole, selon des sources réputées fiables.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20