Voici les mesures décidées par le Codeco Énergie : baisser le chauffage, étendre la taxe nucléaire, et espérer une solution européenne

Les réunions du Codeco semblaient faire partie d’un passé révolu, marqué par les pics de la pandémie de Covid-19, que les Belges voulaient rejeter au plus profond de leur mémoire. Mais voici que le Comité de Concertation du gouvernement fédéral fait son grand retour, cette fois sur l’épineux sujet de l’énergie.

Le Comité de Concertation de ce mercredi réunissait les ministres du gouvernement fédéral, les ministres-présidents des Régions et Communautés ainsi que les différents ministres de l’Énergie du pays et de ses entités fédérées. Objectif assumé : faire le point sur les mesures déjà mises en place pour faire baisser la facture énergétique des citoyens, et en décider de nouvelles. Or, l’ambiance avant cette réunion était déjà particulièrement tendue entre les différents partenaires.

Voici les mesures décidées par le Comité de concertation :

Faire baisser les prix de l’énergie

Le Premier ministre a amorcé la conférence de presse en rappelant que le nœud du problème, les prix très élevés que chaque Belge retrouve sur sa facture énergétique, ne pouvait être réglé par la Belgique seule, car toute décision en ce sens doit venir de l’Union européenne. « Il n’y a naturellement pas de solution miracle […] Mais c’est la seule priorité que doit se fixer l’Europe : faire baisser les prix. Seule une solution européenne peut nous aider à faire baisser les prix de l’énergie. J’enfoncerai personnellement le clou si nécessaire : c’est maintenant que l’Europe doit démontrer qu’elle peut défendre ses citoyens et ses entreprises. » Le Comité espère, à tout le moins, un blocage des prix à l’échelle de l’Union européenne dans les mois à venir.

A l’échelle nationale, le gouvernement discute avec le secteur financier en vue d’un report des prêts hypothécaires des ménages les plus touchés par le prix de l’énergie. C’est clair que pour les citoyens, les travailleurs, les allocataires sociaux, pour les pensionnés, les entreprises, la situation est devenue intenable », surenchérit le ministre président du gouvernement wallon Elio Di Rupo. « Dans les prix, le prix du gaz est déterminant. Et on se rend compte que 83% du prix est dû au prix qu’imposent les fournisseurs. C’est donc au niveau de l’Union européenne que l’action doit être portée. »

Les mesures existantes seront prolongées, au moins durant le premier trimestre 2023, afin de réduire l’impact des factures sur les consommateurs : tarif social élargi, TVA à 6 % sur le gaz et l’électricité, et réduction des accises sur l’essence et le diesel.

Réduire la consommation

Le gouvernement fédéral s’est engagé à limiter le chauffage et la climatisation dans les administrations publiques. Le chauffage ne pourra dépasser les 19°C cet hiver, soit une baisse de 1 ou 2 degrés, tandis que la climatisation ne pourra être enclenchée qu’à partir de 27°C. En outre, l’éclairage sera coupé de 19 heures à 6 heures , y compris pour l’illumination des monuments en extérieur. « Nous allons regarder avec le secteur privé comment baisser la consommation dans les entreprises et dans les magasins » ajoute M. De Croo. « Si chaque citoyen peut aussi mener par lui-même les gestes qui peuvent épargner son portefeuille, nous pouvons tous réaliser des économies. »

Elio Di Rupo a évoqué aussi la possibilité de couper l’éclairage des autoroutes après une certaine heure.

S’attaquer aux surprofits

Un groupe de travail composé d’experts de la Creg, du SPF Economie et du SPF Finances, entre autres, examinera où se situent ces bénéfices excédentaires, s’ils peuvent être captés en Belgique et quels instruments fiscaux et juridiques peuvent être utilisés à cette fin.

« nous allons étendre les mesures qui concernent le secteur nucléaires aux autres secteurs de l’énergie » avance le Premier ministre. « La taxe nucléaire nous rapport 800 millions d’euros. Évidemment, les recettes seront utilisées pour aider au maximum par exemple la classe moyenne dans notre pays. »

investir dans l’isolation et les énergies renouvelables

Le gouvernement veut aussi mettre l’accent sur l’état du bâti existant, souvent ancien, et pour lequel une meilleure isolation permettrait souvent de réduire la consommation d’énergie.

Pour revoir la conférence de presse :

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20