L’interdiction de voyager est ‘inutile, contre-productive et illégale’

Julie Sebadelha/ABACAPRESS.COM/Isopix

12 chercheurs des universités de l’UCL, l’ULB et ULiège l’affirment: l’interdiction des voyages non essentiels à l’étranger, qui court jusqu’au 18 avril, est disproportionnée et inutile. Voici leurs arguments.

  • Tout d’abord, il faut savoir que cette interdiction a déjà été vivement critiquée par la Commission européenne, qui la considère comme une violation fondamentale des principes européens de libre circulation des personnes. Et certainement parce qu’il y a beaucoup d’institutions européennes à Bruxelles, la Commission a lancé une offensive menée par Didier Reynders, le commissaire belge à la justice de l’UE. L’interdiction est une menace pour le statut international dont jouit Bruxelles, y compris le siège de l’OTAN.
  • Reynders est maintenant soutenu par ce groupe d’universitaires issus de plusieurs disciplines. Leur raisonnement est clair: l’interdiction qui a été annoncée il y a déjà trois mois est illégale, disproportionnée, mais surtout inefficace.
  • Le but était de nous protéger des variants. Or, ‘aujourd’hui, nous devons conclure que ce variant britannique est devenu dominant parmi les infections. Interdiction ou non, cette propagation se poursuit. Cela montre que la l’objectif initial de cette mesure n’est plus réalisable’, expliquent les chercheurs. Le variant britannique représente 75% des contaminations aujourd’hui.
  • Empêcher les gens de sortir d’un pays densément peuplé, c’est concentrer la population dans quelques endroits touristiques. On sait la côte belge prise d’assaut dès qu’un week-end ensoleillé pointe le bout de son nez. Quid pour les vacances de Pâques? N’est-ce pas un risque plus important que de voyager dans le sud de la France, isolé ?
  • ‘Aucun pays n’applique des mesures aussi strictes. Certains pays limitent l’afflux. Mais la Belgique interdit également la sortie. Cela n’arrive nulle part. C’est illégal’, concluent les chercheurs.
  • Enfin, cela met en péril un secteur déjà en difficulté, celui des voyages: ‘Le secteur du voyage en Belgique représente un chiffre d’affaires de 7,3 milliards d’euros et 100.000 emplois directs ou indirects,’ précise l’étude.

Rappelons que cette mesure est en application depuis le 27 janvier dernier.

Pour aller plus loin: