L’inquiétant rapport américain sur le variant Delta: « Aussi contagieux que la varicelle, y compris via les vaccinés »

Cela fait maintenant plusieurs mois que le variant Delta du coronavirus – d’abord apparu en Inde – inquiète les autorités sanitaires aux quatre coins du monde. Cette fois, ce sont les États-Unis qui s’apprêtent à sérieusement tirer la sonnette d’alarme. Un inquiétant rapport des CDC a fuité.

Le Washington Post a mis la main sur un document interne des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), la principale agence fédérale sanitaire américaine. Il a trait au variant Delta du coronavirus, et il a de quoi inquiéter.

Le danger numéro 1 de ce variant est sa contagiosité. D’après le rapport des CDC, il serait plus transmissible que les virus responsables du MERS, du SRAS, d’Ebola, du rhume, de la grippe saisonnière et de la variole. Et aussi contagieux que la varicelle.

Les CDC devraient rendre publiques certaines nouvelles données sur le variant Delta ce vendredi. Avec un message à faire passer auprès des Américains: « La guerre a changé ». Rien que ça. « Très préoccupée », l’agence verrait dans ce variant une « menace très sérieuse nécessitant une action immédiate ».

Depuis un mois, le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus ne cesse d’augmenter outre-Atlantique. Avec un nouveau cap atteint jeudi: 71.000 cas quotidiens.

Quid du vaccin ?

Si les responsables des CDC sont si pessimistes, c’est parce que leurs dernières analyses ne sont pas rassurantes au sujet des effets du vaccin sur le variant Delta. Ainsi, il est apparu que les personnes touchées par le variant Delta transportent « d’énormes quantités quantités de virus dans leur nez et leur gorge, quel que soit leur statut vaccinal », cite le New York Times, qui a aussi eu accès au rapport.

D’après le Washington Post, le document indique même que les personnes entièrement vaccinées pourraient propager le variant Delta au même rythme que les personnes non vaccinées.

Le rapport cite notamment une récente étude menée à Provincetown (Massachussetts), où l’épidémie a repris du poil de la bête grâce à aux festivités organisées à l’occasion du Jour de l’Indépendance des États-Unis, le 4 juillet dernier. Sur les 882 cas de Covid répertoriés jusqu’à ce jeudi, environ 74% d’entre eux concernent des personnes vaccinées.

Un chiffre qui inquiète, d’autant plus que le cas de Provincetown constitue visiblement un excellent modèle. « C’est l’un des exemples les plus impressionnants de sciences participatives que j’ai vu », a déclaré le Dr Céline Gounder, spécialiste des maladies infectieuses au centre hospitalier Bellevue de New York. « Les personnes impliquées dans l’épidémie de Provincetown ont été méticuleuses en dressant des listes de leurs contacts et de leurs expositions. »

Que faire ?

Mercredi, la directrice des CDC, la Dr Rochelle Walensky, avait déjà annoncé la couleur, déclarant que les personnes vaccinées contaminées par le variant Delta « pouvaient le transmettre à quelqu’un d’autre ». Ce qui « n’avait pas été constaté » avec les autres variants.

Elle avait toutefois indiqué que la transmission via une personne vaccinée restait un événement « rare ». Les personnes vaccinées peuvent le transmettre aussi facilement que les non-vaccinées, bien que cela arrive moins souvent, avait-elle expliqué.

En parallèle de cette déclaration, la Dr Walensky avait annoncé une mise à jour des recommandations des CDC. Ainsi, les Américains vaccinés sont à présent invités à porter le masque dans les lieux publics intérieurs « où la transmission est importante et élevée ». Les enseignants et toutes les personnes pénétrant dans un établissement scolaire sont notamment visés par cette demande.

Cependant, le document qui a fuité jeudi laisse penser que le discours de la Dr Walensky était encore un peu trop optimiste. Les scientifiques des CDC pensent que le taux de transmission du virus via les vaccinés reste encore sous-estimé.

« Compte tenu de la transmissibilité plus élevée et de la couverture vaccinale actuelle, le port universel de masques est essentiel », indique le document. Les personnes dont le système immunitaire est faible devraient ainsi porter des masques, même dans les endroits où la transmission du virus n’est pas élevée. Il en va de même pour les Américains vaccinés qui sont en contact avec de jeunes enfants, des personnes âgées ou d’autres personnes vulnérables, rapporte le New York Times.

Adapter la communication

Le rapport des CDC mentionne également le fait que le variant Delta débouche plus souvent sur des formes graves du coronavirus. Ce n’est pas vraiment une surprise, mais plutôt une confirmation de ce qui a déjà été observé dans le monde.

Sur ce point, l’agence fédérale reste optimiste: le vaccin demeure très efficace face au variant Delta pour prévenir les maladies graves, les hospitalisations et les décès. Dans la mesure où moins de la moitié des Américains (49,4%) sont entièrement vaccinés, cela reste néanmoins insuffisant pour ne pas durcir les recommandations des CDC, y compris pour les vaccinés.

Pendant ce temps, Joe Biden multiplie les efforts pour pousser sa population à se faire vacciner. Ce jeudi, le président a notamment annoncé que tous les employés fédéraux devraient se faire vacciner, sous peine de se voir imposer des protocoles stricts (masque, distanciation, tests réguliers).

« Lisez les infos. Vous verrez des histoires de patients non vaccinés dans les hôpitaux, alors qu’ils sont allongés dans leur lit en train de mourir du Covid-19, ils demandent : ‘Doc, puis-je me faire vacciner ?’. Les médecins doivent répondre : ‘Désolé, c’est trop tard’. », a-t-il tonné.

Notons enfin que les CDC préconisent de réorganiser les messages de santé publique vis-à-vis du variant Delta. Il s’agira de faire comprendre que, bien que le vaccin protège moins bien face à l’infection et la transmission, il reste l’arme n°1 contre le coronavirus.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés