‘L’homme n’est pas fait pour dormir 8 heures d’affilée sans interruption’

Beaucoup de gens rêvent de faire régulièrement de bonnes nuits de huit heures de sommeil sans interruption. Mais pour beaucoup, un sommeil ininterrompu d’une de 8 heures relève plutôt de l’exception, et non de la règle. Mais selon l’historien Roger Ekirch, il se pourrait qu’en réalité, ces interruptions soient en fait bonnes pour nous.

Dans son livre « At Day’s Close: Night in Times Past », publié en 2005, Ekirch explique que pendant des siècles, le sommeil fractionné était la norme. Dans ses travaux, il a recueilli des informations de plus de 500 sources juridiques, médicales ou littéraires, démontrant qu’au cours de l’histoire, le sommeil a toujours été fragmenté. Il a invoqué ainsi des données médicales d’après « L’Odyssée » d’Homère.

Les gens s’endormaient pour une première série de quelques heures, environ deux heures après la tombée de la nuit, puis se réveillaient pendant une ou deux heures, pour se rendormir ensuite. Entre ces deux périodes de sommeil, certains étaient assez actifs, se levant pour aller aux toilettes, fumer, ou même rendre visite à des voisins. D’autres restaient au lit, pour y écrire, manger, prier, ou avoir des relations sexuelles. Un livre d’enseignement de la médecine du XVIe siècle en France recommande même cette période « après le premier sommeil » comme étant la meilleure pour concevoir un enfant.

Elkirch constate que c’est à la fin du XVIIe siècle que les références au fractionnement du sommeil commencent à disparaître. Dans les dernières années du XIXe siècle, le sommeil de huit heures s’est imposé à l’humanité. C’est la généralisation de l’éclairage public et de l’éclairage des maisons qui a favorisé cette nouvelle tendance. Celui-ci a permis aux gens de passer plus de temps dans les lieux de divertissement pour y avoir du plaisir, et de se coucher plus tard.

Peu de temps après, on a commencé à voir émerger les premiers cas d’anxiété nocturne et d’insomnie. Selon le psychologue Gregg Jacobs, ces données permettent de conclure que  «se réveiller la nuit est normal dans la physiologie humaine ». Au cours de l’histoire, les gens utilisaient ces périodes d’éveil entre deux phases de sommeil pour se relaxer, et il explique que ces périodes étaient importantes pour réguler naturellement le stress.

La prochaine fois que vous vous réveillerez au milieu de la nuit, essayez d’y repenser et relaxez-vous : cet éveil est bon pour vous.