Marchés:
Chargement en cours…

MARDI 22 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

L’heure du bilan: l’hécatombe animale est connue suite aux incendies en Australie

Logo Business AM
Climat

28/07/2020 | Jacob Hemptinne | 5 min de lecture

Les incendies dévastent des forêts entières, décimant la faune et la flore. EPA

Le nouveau rapport commandé par la WWF est bien plus lourd que prévu. Et pour l’heure, seuls les vertébrés sont comptabilisés. L’impact sur les plantes et les invertébrés risquent d’alourdir encore un peu plus le bilan de ‘l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire moderne’.

Fin 2019, la planète entière s’inquiétait des incendies dévastateurs qui ont ravagé l’Australie. Aujourd’hui, la situation ne s’est guère améliorée. Les feux continuent de brûler toute la faune et la flore australienne. Le bilan est extrêmement lourd: 3 milliards d’animaux ont été tués ou ont dû être déplacés à cause de ces incendies.

Selon les informations de The Guardian, environ 143 millions de mammifères, 180 millions d’oiseaux, 51 millions de grenouilles et 2,5 milliards de reptiles ont été touchés par les incendies. Tous n’ont pas péri par les flammes, mais ceux qui y ont survécu ont malheureusement très peu de chances de survivre dans leur environnement ravagé. Le feu a laissé place à la famine et la déshydratation.

Ces chiffres obtenus par une équipe de 10 scientifiques commandés par la WWF sont donc bien plus graves que le premier rapport émis en janvier dernier qui faisait état de 1 milliard d’animaux tués.

Une des pires catastrophes de l’histoire

C’est simple, dans l’histoire moderne, on n’a pas souvenir d’un événement aussi grave pour l’environnement et la biodiversité. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Dermot O’Gorman, directeur général du WWF-Australie. Et pour cause: 3 milliards d’animaux vertébrés – on ne parle donc pas des insectes – sont impactés. À titre de comparaison, c’est près de la moitié de la population humaine…

En outre, cette étude n’a été réalisée que sur une seule zone. Mais une très grande zone: 11,46 millions d’hectares, soit une superficie presque égale à celle de l’Angleterre. Elle comprend environ 8,5 millions d’hectares de forêt. Les dégâts réels sont donc certainement encore plus graves.

La biodiversité si riche de l’Australie a pris un fameux coup. Cette étude démontre une nouvelle fois l’importance « de faire face à la crise climatique et d’arrêter le défrichage des terres pour l’agriculture et le développement ».

Une catastrophe malheureusement prévisible

Si les chiffres font mal au cœur, ils étaient malheureusement prévisibles. Toujours selon The Guardian, les scientifiques australiens préviennent depuis la fin des années 80 que les gaz à effet de serre causeront de plus en plus d’incendies en Australie.

Désormais, ces feux de brousse dévastateurs se déclarent de plus en plus tôt dans l’année, environ trois mois plus tôt qu’en 1950 pour être plus précis. Résultat: 49 espèces indigènes considérées comme menacées pourraient disparaître tandis que 471 autres espèces de plantes et 191 espèces d’invertébrés nécessitent une attention toute particulière pour être sauvées.

On attend désormais un nouveau rapport qui arrivera le mois prochain sur les pertes d’espèces d’invertébrés, de tortues et autres animaux marins. Le bilan, déjà très lourd, risque encore de s’aggraver dans les mois à venir.

Source: The Guardian


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    31.315.650
  • Nombre
    de décès
    964.684
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    103.392
  • Nombre
    de décès
    9.950
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour