L’heure des comptes pour les JO de Tokyo: on sait ce qu’ils ont coûté, pas ce qu’ils ont rapporté

Le bilan final du coût des Jeux Olympiques et Paralympiques est tombé, annoncent les organisateurs mercredi.

En tout, les Jeux olympiques et paralympiques ont coûté 1.453 milliards de yens, soit 11,3 milliards d’euros. En décembre 2020, avant les Jeux qui se sont tenus cet été, une estimation péssimiste post-confinement avait indiqué la somme de 1.644 milliards de yens (quasi 13 milliards d’euros, selon le taux de change d’aujourd’hui), donc c’est un peu mieux. Mais les chiffres dépassent largement la somme que le Japon visait lors de sa candidature pour obtenir l’organisation, en 2013, qui était environ de la moitié (734 milliards de yens).

Ce sort est réservé à de nombreux évènements de telle envergure, mais l’organisation de cette grande messe sportive a été secouée par des scandales financiers à répétition, depuis la désignation. Au delà de l’aspect des coûts, les citoyens japonais ont aussi fortement critiqué l’aspect sanitaire, car les Jeux se sont tenus en plein pic épidémiologique, le pire que le pays avait enduré jusque-là.

Sans spectateurs : pertes, mais économies aussi

En raison de la pandémie, les Jeux se sont tenus à huis clos. Et dans le bilan financier, ce paramètre est vu sous une double lumière. D’un côté, l’événement aurait gagné 90 milliards de yens via la vente de billets, mais d’un autre côté les organisateurs ont pu faire des économies sur tout ce qui est la prise en charge des spectateurs. L’événement a ainsi pu être simplifié, expliquent les organisateurs dans un communiqué, repris par Capital.

Ils ne le précisent pas, mais il est difficilement imaginable que les économies aient compensé la perte de la vente des billets d’entrée. Tout au long de la pandémie, des organisateurs d’événements sportifs se sont plaints du manque à gagner que représentent les stades vides.

Quelles dépenses sont incluses?

Une équipe de chercheurs d’Oxford avait fait les calculs également, et était arrivée à un coût de 15,6 milliards de dollars (13,27 milliards d’euros), en août. Elle comparait alors aux Jeux de Pékin et de Sotchi, qui avaient coûté quatre à cinq fois plus. Mais ces bilans incluaient les frais de construction des routes, hôtels et aéroports, tandis que celui des chercheurs ne reprenait pas ces frais. Le bilan peut donc fortement varier selon les critères.

Selon ces chercheurs, les villes hôtes et le Comité olympique international (COI) auraient même tout intérêt à garder une certaine opacité dans les chiffres : « le CIO et les villes hôtes n’ont aucun intérêt à suivre les coûts, parce que le suivi tend à révéler les dépassements de coûts, qui sont devenus de plus en plus embarrassants pour le CIO et les villes hôtes ».

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20