L’Europe peut-elle devenir verte sans énergie nucléaire ?

L’Allemagne ferme ses centrales nucléaires et souhaite que les autres pays européens suivent son exemple. Peu de gens écoutent.

Pourquoi est-ce important ?

Les centrales nucléaires sont appelées à jouer un rôle important dans la course à la neutralité climatique. L'Europe doit encore décider si elle accorde ou non un label vert à l'énergie nucléaire.

Il y a dix ans, après qu’un tsunami a frappé le réacteur de Fukushima, dans le nord du Japon, et provoqué une catastrophe nucléaire, l’Allemagne a décidé de supprimer progressivement ses douze centrales nucléaires. En quelques mois, les premières centrales ont été fermées. D’ici à la fin de 2022, les trois derniers fermeront définitivement leurs portes.

L’Allemagne veut être neutre en carbone d’ici 2045. L’Union européenne vise l’objectif zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2050. Mais l’Europe peut-elle atteindre ce but alors que la plus grande économie européenne a abandonné l’énergie nucléaire ? Les pays européens qui produisent de l’énergie nucléaire émettent systématiquement moins de dioxyde de carbone que ceux qui n’en produisent pas. La France a des émissions de CO2 par habitant plus faibles, et aussi une production d’énergie nucléaire plus élevée.

D’autres pays, comme la Suède, ont réussi à réduire leurs émissions sans recourir à l’énergie nucléaire. La majeure partie de l’électricité suédoise provient de sources renouvelables, telles que l’hydroélectricité et l’énergie éolienne. Le pays possède des côtes venteuses où les éoliennes sont plus puissantes. Avec l’énergie nucléaire, ils fournissent plus de 60 % de l’énergie totale.

La Hongrie, qui a également de faibles émissions de CO2 par habitant, suit une nouvelle stratégie énergétique depuis 2012. Ce rapport, intitulé « Stratégie énergétique nationale à l’horizon 2030 », a entraîné une augmentation significative de l’efficacité énergétique.

La plupart des Allemands ont soutenu la décision en 2011 et beaucoup le font encore. Dans son programme électoral pour les élections législatives de septembre, le parti des Verts, qui, selon The Economist, devrait remporter au moins 14,5 % des sièges au Bundestag, s’est engagé à faire pression sur les autres pays européens pour qu’ils abolissent l’énergie nucléaire.

En juillet, il a été rapporté que l’Allemagne avait reçu le soutien de l’Autriche, du Danemark, du Luxembourg et de l’Espagne dans leur opposition aux projets de l’UE visant à classer l’énergie nucléaire comme « verte » à des fins d’investissement. À ce jour, l’UE n’a pas adopté de position officielle.

Les centrales nucléaires ont un problème d’image

La plupart des voisins de l’Allemagne n’écoutent pas. Sur les 17 pays européens qui produisent de l’énergie nucléaire, seule la Grande-Bretagne prévoit de fermer prochainement des centrales. Pourtant, les Britanniques continuent de construire de nouvelles centrales électriques. La Suisse a interdit la construction de nouvelles centrales, mais maintiendra les centrales existantes en activité « aussi longtemps qu’elles sont sûres ».

La Pologne, qui est fortement tributaire du charbon, commencera à construire sa première centrale nucléaire en 2026. En mars, les dirigeants de la République tchèque, de la France, de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie, de la Slovaquie et de la Slovénie ont écrit à la Commission européenne pour souligner que le développement de l’énergie nucléaire dans leur pays était « contesté par un certain nombre d’États membres ».

À l’approche des élections allemandes et compte tenu des conséquences des récentes inondations catastrophiques, le réchauffement de la planète figurera en bonne place dans l’agenda public. Selon les experts, une énergie nucléaire correctement réglementée est sûre et constitue une source stable d’électricité sans émissions. Pourtant, certains politiciens sont réticents à en parler.

Armin Laschet, le leader de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) au pouvoir, qui pourrait bien devenir le prochain chancelier, a déclaré tout au plus que le pays aurait dû abandonner le charbon d’abord et l’énergie nucléaire ensuite seulement. Le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland est le seul parti qui propose de réintroduire l’énergie nucléaire. L’idée d’un redressement du nucléaire reste trop risquée pour la plupart des politiciens allemands.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20