« Le secteur de l’énergie va permettre la création de 8 millions d’emplois d’ici 2050 »

Selon une étude réalisée par des chercheurs européens et canadiens, plus de 8 millions d’emplois vont être créés dans le secteur de l’énergie au cours des trente prochaines années.

Pour respecter l’Accord de Paris et ainsi limiter le réchauffement climatique en dessous de 2° par rapport aux niveaux préindustriels, les différents pays du globe vont devoir doubler leurs efforts pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Des efforts qui passent forcément par le développement d’alternatives aux énergies fossiles. Au-delà des effets positifs sur le climat, cela aura également un impact sur l’emploi.

Selon des chercheurs européens et canadiens, le secteur de l’énergie va connaitre une importante croissance au cours des prochaines années. Plus de 8 millions d’emplois vont ainsi être créés dans ce secteur d’ici 2050. Parmi tous ces emplois, 84% seront créés dans le domaine des énergies renouvelables – ce qui est plutôt encourageant – contre seulement 11% dans les énergies fossiles et 5% dans le nucléaire.

Une nouvelle répartition des emplois

À l’heure actuelle, les chercheurs estiment que 18 millions de personnes travaillent dans le secteur énergétique, dont 12,6 millions dans les industries des combustibles fossiles, 0,8 million dans l’industrie nucléaire et seulement 4,6 dans l’industrie des énergies renouvelables. Ces chiffres devraient augmenter au cours des prochaines années pour atteindre les 26 millions de travailleurs dans le secteur de l’énergie en 2050. 80% de ces nouveaux emplois seraient rattachés aux énergies renouvelables. Si les pays respectent leurs engagements liés à l’Accord de Paris, ces chiffres pourraient être encore plus importants.

« La décarbonisation de l’économie entraînera probablement une augmentation de l’emploi dans le secteur de l’énergie, la fabrication et l’installation de sources d’énergie renouvelables pouvant devenir environ un tiers des emplois totaux », a indiqué Johannes Emmerling, coauteur de l’étude et économiste de l’environnement à l’Institut européen d’économie et d’environnement, rapporte ScienceDaily.

Une prévision optimiste

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en mettant au point un outil qui évalue l’évolution du marché de l’emploi dans le secteur énergétique pour les années à venir, sur base d’un ensemble de données complet provenant de 50 pays, y compris ceux dont l’économie repose principalement sur la production de combustibles fossiles (Chine, Inde, Canada, Russie, Afrique du Sud, etc.).

Ils se sont concentrés sur 5 types d’emplois (construction et installation, exploitation et maintenance, fabrication, production et raffinage) liés à 11 sous-secteurs énergétiques (charbon, gaz, pétrole, nucléaire, hydroélectricité, solaire photovoltaïque, énergie solaire à concentration , biocarburants, éolien terrestre, éolien offshore et biomasse solide) et ont calculé combien de travailleurs sont nécessaires pour produire autant d’énergie. Sur base de ces chiffres et grâce à des algorithmes, ils ont pu prédire le nombre d’emplois énergétiques qui seront créés dans différentes régions du globe, suivant différents scénarios.

Dans le meilleur des cas, ce sont plus de 8 millions d’emplois dans le secteur énergétique qui seront créés d’ici 2050 si les différents pays du globe mettent en place des mesures pour respecter l’Accord de Paris.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés