Les voitures d’occasion toujours plus populaires, alors que le marché du neuf est en chute libre

Comme dans les pays voisins, les ventes de voitures en Belgique présentent une évolution très divergente : les ventes de voitures d’occasion sont en hausse, notamment parce que celles de voitures neuves sont au plus bas.

L’année dernière, 709.605 voitures d’occasion ont été immatriculées en Belgique, contre 383.123 voitures neuves, rapporte la fédération de la mobilité Traxio. Cela signifie que le marché de l’occasion est devenu presque deux fois plus important que le marché des voitures neuves.

En conséquence, le marché de l’occasion a augmenté de 7,5% par rapport à l’année précédente, pour atteindre le niveau le plus élevé jamais enregistré. En revanche, les ventes de voitures neuves sont tombées à leur plus bas niveau depuis 35 ans, a-t-il été annoncé précédemment.

Pénurie de semi-conducteurs

Que s’est-il passé ? « Après l’arrivée du coronavirus en 2020, 2021 a été une autre année particulièrement atypique où le marché a été complètement perturbé, cette fois par des problèmes de livraison de voitures neuves dus à une pénurie de semi-conducteurs« , explique Filip Rylant, porte-parole de Traxio.

« En conséquence, les nouvelles immatriculations de voitures ont chuté. L’allongement des délais de livraison a obligé les consommateurs à chercher des solutions de rechange et nous avons constaté une nette évolution vers le marché de l’occasion. La différence entre le marché du neuf et celui de l’occasion n’a jamais été aussi élevée. »

Selon Traxio, ce qui joue également un rôle, mais dans une moindre mesure, c’est l’incertitude entourant l’électrification du parc automobile. Certains acheteurs ne veulent plus investir dans une nouvelle voiture équipée d’un moteur à combustion classique, mais ne sont pas encore prêts à acheter une voiture électrique non plus. Une voiture d’occasion peut offrir une solution provisoire.

« Trouver un nouvel équilibre »

La fédération de la mobilité s’attend à ce qu’il faille encore quelques années avant que le marché de l’occasion et les ventes de modèles neufs ne retrouvent un nouvel équilibre.

Les ventes d’occasion dépendent évidemment de l’afflux de voitures récentes. À court terme, il existe une menace de pénurie mondiale. « Lorsque moins de voitures neuves sont immatriculées, moins de voitures d’occasion arrivent automatiquement sur le marché : plus de demandes et moins d’offres, donc les prix augmentent », explique Traxio.

La fédération automobile prévoit une normalisation à moyen terme : il y aura d’abord un pic avec des immatriculations de voitures neuves très nombreuses ce qui, après quelques années, entraînera un afflux plus important de voitures d’occasion et une stabilisation de l’ensemble du marché automobile.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20