Les trams bruxellois ont été brièvement équipés de propagande chinoise

La STIB a rapidement reçu des plaintes concernant la campagne publicitaire, qui semblait sortir tout droit de la machine de propagande du chef de l’exécutif de Hong Kong, John Lee. Lee a été choisi par Pékin pour poursuivre ses politiques répressives dans l’ancien port franc asiatique.

« Une nouvelle ère – Stabilité Prospérité Opportunité » est le slogan de la campagne menée par Hong Kong pour marquer le 25e anniversaire de la cession de la péninsule à la Chine par les Britanniques ce mois-ci. Il s’agit en fait d’une campagne politique visant à améliorer l’image du nouveau dirigeant de Hong Kong.

Beaucoup d’argent est dépensé pour donner à cette campagne un prestige international. Ces dernières années, le gouvernement de Hong Kong a vu sa réputation ternie par l’enfermement de manifestants pacifiques et le musellement de la presse locale. Le nouveau chef de l’exécutif, John Lee, ancien haut fonctionnaire de police, est plus connu pour son travail de mise en prison des manifestants que pour toute autre chose.

Pourtant, la campagne semble être un succès modeste. Des tramways et des trains portant ce slogan circulent désormais dans des pays comme la Turquie et l’Italie. La campagne est même descendue dans les rues de Bruxelles, le cœur politique de l’Union européenne. La campagne a été vendue à la STIB par l’agence de publicité JCDecaux. Deux trams devaient circuler dans Bruxelles entre le 7 et le 29 juin, portant les slogans.

Cependant, la société de transport a été alertée par des clients observateurs et a décidé de retirer les annonces dans les 24 heures après les interpellations.

« La solidarité n’est pas une invitation à dîner »

« Certains clients nous ont prévenus que ce n’était pas ce qu’il fallait faire. La STIB a des règles claires en matière de publicité, qui stipulent que les publicités à connotation politique ne sont pas autorisées à être distribuées », a déclaré An Van Hamme, porte-parole de la STIB-MIVB, au South China Morning Post de Hong Kong. La STIB a donc compris qu’il s’agissait d’une campagne politique et a informé JCDecaux que la campagne disparaîtrait immédiatement.

« Cette campagne est passée entre les mailles du filet et a ensuite été affichée sur nos trams pendant quelques jours avant d’être retirée car elle n’était pas conforme à notre charte », explique Van Hamme à Business AM.

Le député européen Reinhard Bütikofer a salué la décision de la STIB. « La solidarité n’est pas une invitation à dîner, pas une rédaction, pas une peinture, pas une broderie. C’est quelque chose de sérieux », écrit l’homme politique allemand sur Twitter. Mme Bütikofer insiste régulièrement sur le fait que l’UE doit faire davantage pour lutter contre les violations des droits de l’homme à Hong Kong et en Chine et coopérer davantage avec la nation insulaire de Taïwan.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20